Quand les terriens doivent accorder leurs violons…

Modifier la taille de police : A A A

jeudi, 24 septembre 2015 | Par | Catégorie: Liste des derniers articles, Science

En occultisme, on parle des influences occultes que l’astre Martien et Vénusien entretiennent sur la population terrienne. Est-ce une réalité ?

«Rien n’est inerte, tout est vibration, tout vibre » : cette phrase n’est pas issue d’un livre de physique quantique, non, mais d’un livre publié anonymement en 1908 et traitant de l’ésotérisme de l’Egypte antique (le Kybalion) ! En effet, bien avant la redécouverte de cette vérité par nos scientifiques du XXème et du XXIème siècle, c’est dans l’Egypte pharaonique, la Grèce des philosophes et au cœur des temples de l’Inde, que ce concept était connu, enseigné et préservé. Aucun scientifique ne s’en vante, mais la science actuelle ne fait que redécouvrir ce que les prêtres anciens, les théurges et sages se transmettent depuis des milliers d’années et dont la source primordiale se perd dans les limbes des précédentes Humanités (cf. notre section livre).
Aux yeux du lecteur profane, j’ai conscience que cette introduction ne peut suffire à convaincre. L’homme de la rue, ne s’étant jamais penché sur ces sujets, ne peut que rejeter avec vigueur de telles allégations et amalgamer leur auteur aux gourous de sectes ! Par paresse intellectuelle, par facilité et confort, les masses préfèrent ignorer les vérités que les scientifiques de pointe redécouvrent et reconnaissent. L’intégration de telles découvertes, dans leur réalité, n’est pas acceptable, car elles remettent en cause leur modèle d’existence sécurisant et leurs systèmes religieux dogmatiques.
Pour ma part, je mesure avec rage et impuissance le fossé entre notre Humanité égarée, par des « élites » complaisantes, et la réalité d’un Univers infini qui a beaucoup plus à nous apporter que la satisfaction de nos besoins bassement primaires. Cet article a donc pour but de vous présenter, factuellement, les découvertes de la science tendant à prouver que la matière n’est que la cristallisation d’un mouvement et d’une force : bref d’une vibration primordiale créatrice. Aux lecteurs, ensuite, de chercher la Cause première de cette vibration.

L’archet, le sable et la plaque : quand le son structure la matière

La vibration est-elle à l’origine de la forme et donc de la matière ? On se souvient de la première phrase de la Bible « Au commencement était le verbe». Ce verbe, nos astrophysiciens en retrouvent l’écho, il s’agit de l’écho du Big Bang, la formidable explosion de matière/énergie à l’origine de notre Univers, il y a 13.8 milliards d’années. Mais la portée de ces mesures peut nous sembler « lointaine ». Comment démontrer simplement et effectivement que le son peut structurer la matière, de manière ordonnée ?
C’est le physicien allemand Ernst Chladni (1756-1827) qui, en faisant vibrer des plaques de verre ou de cuivre, avec un archet de violon, vit que le sable placé sur le support formait des figures géométriques différentes en fonction de la fréquence sonore (nombre de vibrations par seconde). Il se rendit compte que la complexité des figures géométriques augmentait en même temps que la fréquence (sons aigus). Ce domaine de recherche se nomme la cymatique :

Quand le son structure de l’eau :

Quand le son fait léviter :

Regardons le comportement de l’eau face à la cymatique et faisons ce constat : la terre est recouverte à  environ 70% d’eau et notre corps physique en contient entre 65 et 75 % selon l’âge de l’individu. Cet élément est donc incontournable à l’épanouissement de la vie : quel rôle joue donc la vibration sur ce plan ? C’est sur ce même état de fait que le Docteur Masaru  Emoto décide d’étudier la théorie relative à la mémoire de l’eau. Son but ? Déterminer l’interaction entre l’eau et son environnement. 

Entretien avec l’eau

Dans son livre « Messages de l’Eau », ce Docteur Japonais nous parle du « HADO », synonyme de Chi en japonais, qui signifie « monde des énergies subtiles, relié à la conscience » ou « Energie Universelle ». Au début de ses recherches sur l’Eau, il a eu l’intuition  qu’on pouvait mesurer et visualiser ce « Hado ». Il y a réussit en 1994, et nous livre de magnifiques photos de cristaux d’eau gelée, tous différents les uns des autres, comme le sont les flocons de neige, suivant les informations auxquelles l’eau a été exposée  (mots, musiques,…). Il a pu ensuite mesurer la pureté des eaux des rivières, des lacs,  l’eau du robinet et des sources curatives du monde entier. Voici quelques résultats photographiques de la cristallisation de l’eau une fois « informationnée » :

Photo

Bien évidemment, la conclusion à en tirer n’est pas que l’eau comprend la volonté humaine, mais que nos messages vocaux et notre musique seraient émis dans des fréquences sonores reflétant notre état d’esprit : les gammes sonores harmonieuses (paroles de joie, de fraternité, d’amour) se syntonisant aux harmoniques de la matière alors que les gammes « négatives » rentreraient en dissonance avec la nature profonde des vibrations de notre environnement naturel.

Ce que nous essayons de dire, c’est que les plaques de métaux, de verre, l’eau et tout les constituant de la matière, émettraient des vibrations harmonieuses à l’échelle nanoscopique. Car le monde que nous voyons n’est pas ce qu’il semble être. Il me vient en tête l’image donnée par le philosophe grec Leucippe et son disciple Démocrite : si l’on regarde une plage du haut d’une falaise, il est impossible de savoir qu’elle est composée de petits grains. Pour s’en apercevoir il faut s’en approcher très près. La matière doit-elle aussi être constituée de petits grains mais à notre échelle il est impossible de s’en apercevoir.
Nos physiciens et nos mathématiciens en sont arrivés aux mêmes conclusions (existence des atomes et des quarks) et vont même beaucoup plus loin que nos anciens philosophes. Pour eux, on ne peut expliquer le chaos de l’infiniment petit et l’extrême stabilité de l’infiniment grand sans y adjoindre la notion de vibration : c’est la théorie des cordes.

Des cordes qui vibrent… une théorie ?

 THORIE_cordes

La théorie des cordes est un domaine actif de recherche traitant de l’une des questions de la physique théorique : fournir une description de la gravité quantique, c’est-à-dire l’unification de la mécanique quantique et de la théorie de la relativité générale. La principale particularité de la théorie des cordes est que son ambition ne s’arrête pas à cette réconciliation, mais qu’elle prétend réussir à unifier les quatre interactions élémentaires connues, on parle de théorie du tout (à l’origine du Big Bang).
La théorie repose sur deux hypothèses :
  • Les briques fondamentales de l’Univers ne seraient pas des particules ponctuelles mais des sortes de cordelettes vibrantes possédant une tension, à la manière d’un élastique. Ce que nous percevons comme des particules de caractéristiques distinctes (masse, charge électrique, etc.) ne seraient que des cordes vibrant différemment. Les différents types de cordes, vibrant à des fréquences différentes, seraient ainsi à l’origine de toutes les particules élémentaires de notre Univers.
  • L’Univers contiendrait plus de trois dimensions spatiales. Certaines d’entre elles, repliées sur elles-mêmes, passant inaperçues à nos échelles (par une procédure appelée réduction dimensionnelle).

Les lois vibratoires ont-elles un impact direct sur notre vie concrète ? Nos élites en auraient-elles conscience ? Il semblerait que oui, et c’est par un art familier que semble s’exprimer le jeu des accords et désaccords : la musique

Le concert de l’Univers

music_universQuasiment toute la musique occidentale est actuellement accordée avec le « La » à 440 Hz. Cela veux dire que tout les instruments de musique, les diapasons, les programmes de création musicale sont accordés à cette fréquence. La musique occidentale n’a pas toujours été accordé à ainsi…
A l’aube de la seconde guerre mondiale, les Nazis décidèrent, par l’entremise de leur ministre de la propagande, Joseph Goebbels, d’accorder le « La » de référence à 440 Hz comme standard, bien que la référence la plus utilisé mondialement étaient encore le « La » à 432 Hz. En 1955, ce nouveau « La » devint le standard mondial ISO. On peut se demander quelles raisons ont réellement poussés les hommes de pouvoir de cette époque à adopter cette nouvelle norme alors que le « La » à 432 Hz était beaucoup plus justifier de par son interaction avec les cycles de l’Univers, de la nature et de l’homme :
Le 432 Hz dans notre Univers…
Cette fréquence est inscrite jusque dans notre système solaire. La précession de la terre compte 25 920 années, c’est le cycle apparent de la rotation des étoiles dans notre ciel, produit par le mouvement de la terre dans l’Univers, un peu comme une toupie qui a sa précession. Le cycle est mesuré par la durée pour parcourir un mouvement circulaire complet de 360 degrés. Quand on divise 25 920 par 360, on arrive au chiffre 72, les équinoxes se déplacent de 1° degré tout les 72 ans, ce qui correspond à une harmonique de la note du « Ré » ou D à 288 hHz/4=72 Hz quand le « La » ou le A est accordé à 432 Hz.
Le 432 Hz dans la nature…
la-musique-agit-sur-les-plantesUne étude scientifique récente encadrée par l’université de Florence sur une plantation de vignes a démontré l’effet grandement bénéfique de certaines musiques classiques baroques spécifiques. Ainsi les vignes ont eu une croissance supérieure de plus de 30% et elles étaient beaucoup plus saines, sans maladies par rapport au groupe témoin ! Cette étude était réalisé avec des musique baroques classiques au 440 hz. On peut se demander ce qu’il aurait pu se passer avec des musiques au diapason 432 Hz.
Une groupe d’étudiant a récemment tenté l’expérience, en diffusant le « la » à la fréquence 432 hz durant 15 min sur la germination de haricots. Ils ont pu constater une germination plus rapide et une croissance supérieure de plus de 30% en quelques semaines. La croissance donné par la longueur moyenne des plants du groupe témoin faisait 15 cm et 25 cm pour le groupe traité à 432 hz (essai 2010).  Ce sujet d’étude mérite plus d’attention et d’expériences car les premiers résultats sont plus que prometteurs.
Le 432 Hz dans le corps humain…

adn

Le battement du cœur de la planète aurait une pulsation de 144 Hz, la plus saine qui existe. Le battement du cœur d’un être humain adulte au repos est idéalement de 72 battements par minute, ce qui correspond exactement à un sixième de 432 Hz ou la moitié de 144. Le 144 Hz est aussi la fréquence du D ou du « Ré » quand le « la » est accordé au 432 Hz.
Le 432 Hz est aussi une harmonique du 8 Hz. Le 8 Hz est le rythme de notre fréquence cérébrale Alpha dans laquelle notre processeur parallèle, ou nos deux hémisphères du cerveau, sont synchronisés pour fonctionner ensembles en harmonie. Les potentialités du cerveau commence à s’éveiller avec cette synchronisation et elle s’installe dans toutes les cellules du cerveau pour créer un flux d’information maximal. Ainsi, écouter la musique accordée au « La » naturel harmonise nos hémisphères cérébraux, ce qui nous éveille.
L’écoute d’une musique en 432 Hz nous rapproche donc  de la nature. Elle nous met en résonance avec elle : nous permettant de changer nos émotions. Le corps humain étant composé jusqu’à 75% d’eau, il est évident que la musique et les émotions peuvent modifier notre corps. Concernant l’ADN humain, il agit comme une antenne : quand un individu est soumis  a un stress, son ADN se contracte et lorsque le calme vient, il se décontracte. Les ondes qui traversent notre corps et donc notre ADN, sont faites de courbes sinusoïdales qui a chaque intersection avec les brins d’ADN activent ses connections. C’est la raison pour laquelle quelqu’un de stressé est plus souvent malade, vieilli plus vite, et n’arrive pas a se connecter a sa conscience profonde.

La cuillère n’existe pas !

there-is-no-spoon

« N’essaye pas de tordre la cuillère car c’est impossible… »

La masse des hommes s’illusionne par les contours de la matière sans en creuser le sens profond. Prisonniers de nos égrégores et de leurs conséquences, nous nous sommes désaccordés du rythme de la planète et de l’Univers : mais la majorité de l’Humanité l’ignore. Un peu comme des naufragés sur un océan, nous sabotons, à la hache, l’embarcation de bois pour alimenter un feu qui certes va nous apporter la chaleur, mais finira par nous noyer.
Les sciences « modernes » viennent confirmer les paroles des Sages de l’antiquité : la matière n’est pas ce qu’elle semble être. Elle est composée, au cœur des quarks, de minuscules cordes (bruns d’énergie) vibrant en interaction avec leur environnement dimensionnel proche et lointain. Nos pensées, nos actes, peuvent l’influencer, la détériorer, la corrompre. Et comme tous n’est qu’échange vibratoire, nous nous corrompons nous même par un jeu de réfraction, au cœur de notre ADN (radioactivité, champs électromagnétiques de hautes tensions, comportements agressifs…).
La planète a t-elle un message à nous transmettre ?

La planète a t-elle un message à nous transmettre ?

Que se passera-t-il, si nous continuons à désorganiser ce rythme symbiotique ? A modifier la partition musicale de la Terre ? N’allons-nous pas être rejetés, comme de vulgaires corps étrangers, à l’image du film « Avatar » ? Un avortement planétaire, rappelant les légendes antédiluviennes… Car je me tourne alors vers les légendes et les phénomènes inexpliqués : les apparitions mariales, la corrélation statistique Ovni/nucléaire, le message mathématique des Constructeurs de la grande pyramide de Giseh, les messages psychographiés
Une « consciences planétaire ou exogène » ne nous appelle-t-elle pas à un changement de comportements, à un changement de paradigme ?

Bragi, pour le Geepi.

PS : Pour comprendre l’urgence de cette remise en cause, je vous conseille l’excellent reportage de Patrice Pooyard et Jacques Grimaud, à propos du message mathématique de la grande pyramide du plateau de Guiseh. Une démonstration par les faits et une preuve de notre aveuglement.

Sources :

http://www.vivrenrythme.com/resonance-et-matiere-voir-le-son/

http://images.math.cnrs.fr/Autour-des-surfaces-de-Willmore.html

http://www.spirit-science.fr/doc_musique/SonForme.html

http://lesmoutonsenrages.fr/2015/04/27/stupefiant-on-a-retrouve-la-memoire-de-leau/

http://messagesdelanature.ek.la/masaru-emoto-la-memoire-de-l-eau-c371456

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_cordes

http://stopmensonges.com/la-frequence-de-lunivers-est-de-432-hertz-goebels-la-change-en-440-hertz/

http://musique-pour-soigner-les-plantes.weebly.com/la-432-hz.html

http://www.energie-sante.net/pe/?p=326&cp=all





Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

5 commentaires to “Quand les terriens doivent accorder leurs violons…”

  1. Lefèvre dit :

    Merci Jean-Christophe pour ce magnifique et passionnant exposé que je me suis empressé de partager sur ma page Facebook amie avec l’IFRESS.
    J’étudie depuis quelques années le Spiritisme, je fait partie de l’APES ( Association Parisienne d’Etudes Spirites ) et je suis émerveillé de voir comment les Lois de la nature sont excellentes, qu’elles précédent l’homme, son apparition sur la terre et qu’elles permettent sa pérennité malgré tout ce que nous faisons supporter à notre Terre nourricière. Cela me renvoie puissamment à la définition de Dieu dans  » Le Livre des Esprits  » :. Namasté, Alléluia !

  2. Lefèvre dit :

    je complète mon commentaire car j’ai mis la définition de Dieu dans Le Livre des Esprits entre guillemets et ça n’a pas été pris en compte donc la voici ( sans les guillemets ). Dieu est éternel, infini, immuable, immatériel, unique, tout-puissant et souverainement juste et bon .
    à bientôt

  3. […] Sciences Occultes nous apprennent à comprendre notre Univers (lien ici), en analysant les mécanismes de notre Microcosme et en les extrapolant à l’échelle du […]

  4. […] Quand les terriens doivent accorder leurs violons… […]

Laisser un commentaire

Complètez l'opération en chiffre dans la case ci-dessous : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.