Le Geepi : trouver la voie !

Comme l’alpiniste cherche une aspérité lui permettant de sécuriser son ascension, avec rigueur et sans dogme, le Geepi tente d’avancer dans la compréhension des phénomènes inexpliqués.

Déjà trois ans d’existence ! Trois ans pour se forger nos convictions et les faire partager.

Au travers de plus de 130 articles, de nos vidéos et de nos échanges avec un réseau solide de bonnes volontés (confère la rubrique « liens internet« ), nous communiquons sur nos questionnements, nos expérimentations et nos déplacements terrains, et ce en toute transparence.

Avec 420 abonnés à notre Newsletter et 9000 vues mensuelles sur notre site internet (200 000 vues au total depuis janvier 2015), nous sommes persuadés que nous ne sommes pas seuls à nous questionner et à croire qu’une autre (multi)réalité, s’imbrique autour de notre réalité locale bien trop… matérialiste.

C’est donc fort de votre soutien et détaché des croyances urbaines ou religieuses, que le Geepi entame, en 2017, une nouvelle phase de son approche du ou des « Facteur(s) Exogène(s) ».

Dans un cadre holistique, par notre imprégnation des spécificités locales de notre territoire d’étude et par la confrontation de nos sorties terrains avec nombre de théories, nous souhaitons, à présent, aller plus loin que la simple collecte de cas.

Trois nouveaux axes ambitieux seront donc développés dans les mois à venir :

  • Un décorticage poussé des mécanismes énergétiques permettant la survenance de ces phénomènes intelligents (capables de contraindre nos spécificités spatiales et temporelles).
  • Une étude fine de la relation entre « ce » ou « ces » facteur (s) exogène (s) et notre propre Conscience personnelle localisée.
  • L’acquisition d’une véritable « technologie GEEPI » permettant de provoquer « volontairement » le contact vers ces phénomènes, à l’image de nos amis de l’Ifres ou du Grepp.

Nous apparaissant comme « Tout puissants », car élusifs et fantomatiques, ces « Forces » sont en fait limitées dans leurs libertés d’agir localement/matériellement, par certains critères que nous commençons à comprendre :

  • La résistance naturelle de nos Consciences localisées (voir de la somme de nos Consciences «Collectives») et donc par la difficulté de transmettre leurs informations via le filtre de nos archétypes et de la mauvaise traduction de notre Mental inférieur.
  • L’emploi limitatif de «Nœuds d’énergies Cosmo-telluriques», liés à l’eau, portes d’entrées/sorties de leurs incursions.
  • L’emploi de périodes énergétiques favorables basées sur la course des astres et notamment «le Cycle de la Lumière solaire».

Nous n’avons pas l’arrogance de croire que nous parviendrons jusqu’au sommet de cette quête mais nous sommes persuadés que notre travail permettra au moins d’ouvrir une nouvelle voie, une véritable fenêtre d’expérimentation que beaucoup laissent fermés, par manque de volonté, par peur, ou faute d’un « temps » qui semble leur manquer.

L’équipe du Geepi

Avril 2017.