Les trois facteurs fondamentaux d’émergence des phénomènes inexpliqués

Modifier la taille de police : A A A

mercredi, 10 mai 2017 | Par | Catégorie: Association GEEPI, Liste des derniers articles, Recherche

Voici la synthèse de mes recherches entamées « en profondeur » depuis 2015 mais qui ont commencées dès mon adolescence. Cet article est le seul résultat de ma curiosité et de mon goût pour l’expérimentation, garant de la validation ou du rejet des nombreux ouvrages passés entre mes mains. Je pense, en toute honnêteté, que ces lignes sont une bonne base de recherche pour avancer dans le brouillard des phénomènes inexpliqués. Voici donc le fil d’Ariane, mis à la disposition des chercheurs sincères, sans d’autre intérêt que de partager.
Ainsi, l’article met en lumière 3 facteurs essentiels pour comprendre, de manière holistique, l’intégralité des phénomènes inexpliqués :
  • Un facteur « interne » lié à l’observateur.
  • Un facteur « énergétique » lié à des lieux spécifiques.
  • Un facteur « temporel » lié aux cycles de la matière.

 

1.Un facteur « interne » lié à l’observateur.

« L’énergie psychique suit la pensée » et emprunte la ligne de moindre résistance de l’anatomie occulte : ainsi sont créées… les formes pensées ».

Qu’est-ce qu’une forme pensée ?

Par notre activité nous créons tous, individuellement, des objets subtils, tout aussi réels que les objets matériels, des objets que les clairvoyants peuvent observer et que toute personne sensible peut capter et ressentir (médiums, radiesthésistes…). Par la répétition d’un désir, d’un sentiment ou d’une pensée, nous pouvons même donner vie à une entité énergétique autonome et auto-conservatrice. Une telle entité subtile qui naît de la répétition d’une activité, quelle que soit la nature de cette activité (instinctive, émotionnelle ou mentale), est ce que l’on appelle un golem. Le sentiment amoureux donne vie à un golem. Les tics et les tocs (troubles obsessionnels compulsifs) constituent un trait psychiatrique des effets d’un golem. La consommation de cigarettes produit également un golem. Un golem peut être formé par l’activité d’un groupe de personnes, auquel cas on parle d’un égrégore. Les égrégores ne sont rien d’autre que des golems collectifs.

C’est au médecin Pierre Mabille, que l’on doit une définition du terme égrégore dans son ouvrage Egrégores ou la vie des civilisations, paru en 1938 : « J’appelle égrégore, mot utilisé jadis par les hermétistes, le groupe humain doté d’une personnalité différente de celle des individus qui le forment. Bien que les études sur ce sujet aient été toujours, ou confuses, ou tenues secrètes, je crois possible de connaître les circonstances nécessaires à leur formation. J’indique aussitôt que la condition indispensable, quoiqu’insuffisante, réside dans un écho émotif puissant. Pour employer le vocabulaire chimique, je dis que la synthèse nécessite une action énergétique intense.»

Un savant français, Jean Charon, a publié aux éditions Tchou-Laffont un livre dont le titre est « L’infini sursis », dans lequel il révèle le résultat de ses travaux sur La mémoire des électrons et la projection de l’inconscient : « Les électrons, qui nous constituent, contiennent un espace-temps qui n’obéit pas aux lois de notre univers quotidien. De plus la totalité de notre esprit est contenue dans chacune des particules… »

La suite sur http://www.geepi.fr/les-theraphims-ou-le-secret-des-genies-familiers/

A. L’homme face à son subconscient

Un observateur peut générer ses propres phénomènes « inexpliqués », avec ou sans conscience d’en être le créateur. Du mécanisme d’autocréation de « formes pensées » découle le fait que les victimes de ces  singularités peuvent aussi être leurs propres bourreaux (tocs, obsessions, hantises, poltergeist…).

L’Homme s’auto illusionne par l’émergence de phénomènes tirés de lui-même, faute de maîtrise émotionnelle et mentale. Il devient alors prisonnier de ses créations psychiques et les entretient inconsciemment dans un cercle vicieux, dont la peur et les dogmes font office de centre de gravité. De là son impression d’être entouré d’entités malveillantes alors qu’en fait il ne fait fasse qu’à ses propres névroses pouvant, dans certaines conditions décrites dans cet article, se cristalliser dans la matière.

Dans une logique similaire, peuvent émerger une grande partie des phénomènes de nature médiumnique, desquelles on tire de pseudo contacts ou informations spirituelles qui ne sont en fait que des interactions avec le subconscient humain (syndrome de « l’astralisme »). Preuve en est, le côté redondant et/ou creux des « révélations », qui n’apporte pas grand-chose sur le plan informationnel et qui font corps avec les fantasmes « news-ageux » de l’opérateur.

Dans le champ d’ambiance de l’être humain séjourne donc un ensemble de « formes pensées » nées de ses sauts d’humeurs et de ses intérêts imparfaits du moment. Elles gravitent comme de petits planétoïdes autour du centre rayonnant de la personnalité.

Voilà pourquoi le « paranormal » n’a aucune crédibilité face au grand public : aucune cohérence ne pouvant se dessiner dans le brouillard des multiples illusions psychiques de chacun. Les pseudos spécialistes de ces phénomènes, ne voyant que l’œuvre d’entités invisibles, ont perdu tout recul en élevant des croyances au rang de certitudes. Pourtant, ces phénomènes individuels devraient être l’objet d’expérimentations, afin de faire ressortir de véritables mécaniques psychiques et des récurrences contextuelles.

Expérimentation de Bragi sur la création d’une forme pensée en lien ici : http://www.geepi.fr/chasser-les-cliches-sur-les-hantises-et-lufologie-pour-mieux-saisir-le-facteur-exogene/

 

B. Les relations horizontales de consciences à consciences

D’autres fois, c’est bien un facteur exogène externe qui semble se manifester à l’observateur : manifestation d’entités désincarnées ou d’êtres paraissant étrangers à notre réalité terrestre ou encore formes pensées d’autrui… Ils interagissent bien souvent de concert avec le témoin, dans un moment de relâchement de l’attention quotidienne :

  • Lors de la phase de sommeil du corps physique, libérant le dormeur du facteur espace-temps et lui donnant accès à plus d’informations.
  • Lors de petites séquences d’autohypnose involontaires, provoquées lors des tâches répétitives et automatiques, permettant alors le relâchement émotionnel et mental.
  • Par l’utilisation volontaire de la méditation ou de la transe, permettant aussi ce relâchement.Comme nous le verrons dans les chapitres suivants, la localisation spatiale et/ou temporelle de l’observateur sur des points/moments favorables, mêlées à des prédispositions de son anatomie occulte, peuvent permettre le contact éveillé avec des phénomènes de nature inexpliqués : contacts intelligents externes ou mise en relation avec certaines énergies subtiles de notre environnement (cas des brûlures géométriques cutanées ou des crops circles).

Preuve de ces réalités : la transmission d’informations originales ou de concepts externes à l’observateur, souvent mal compris par lui.

Focus sur le champ d’ambiance de l’expérienceurs.

A noter que l’anatomie occulte de certains expérienceurs semble créer une zone étendue d’observation, permettant à des voisins proches et sans talent occulte particulier de se retrouver immergés dans le champ de ses expériences inexpliqués !

Il me vient en tête le cas d’un de nos amis ufologues de la Somme qui a commencé à pouvoir observer des ovnis après 30 ans d’enquêtes. Il lui aura fallu rencontrer sa nouvelle compagne pour que celui-ci puisse observer, toujours en présence de cette dame, pas moins d’un ovni par an depuis 5 ans !

Il en est de même de l’une de nos victimes de brûlure géométrique cutanée qui avait eu l’occasion de d’observer un ovni en plein camping, avec neufs membres de sa famille, alors que les autres campeurs passaient devant eux sans lever la tête !

Enfin, on peut signaler les propos d’un journaliste de Radio Valois Multien (radio locale de Crépy en Valois) nous indiquant qu’un de ses collègues journaliste a cette capacité d’enregistrer des voix d’outre tombe lors de ses reportages audio : des voix que d’autres appareils tenus par d’autres personnes présentes, aux mêmes endroits et au même moment, ne captent pas.

Dans les cas crédibles de RR1, RR2, RR3… ou d’apparitions à caractères « religieux », il semble bien qu’un pont se crée entre la conscience de l’observateur (son fond culturel, intellectuel et ses archétypes) et une volonté exogène qui l’immerge dans un champ de cohérence découplé des lois physiques habituelles. D’où cette impression que chaque expérience est un spectacle de marionnette qui semble spécifique à chaque témoin.

Alors que notre réalité locale reste très cohérente et stable, notre vision au premier degré du phénomène « ovni » pourrait nous faire envisager la présence d’une multitude de civilisations extraterrestres en concurrence les unes avec les autres, pour des buts antagonistes… Hors il n’en est rien, point de prise de contrôle de notre planète par les hordes de soucoupes volantes ! Le phénomène ne semble tout bonnement répondre à aucune logique cartésienne à court terme et ces entités continuent à jouer à cache-cache, malgré l’évolution de nos technologies.

Voyons donc ces contacts exogènes comme un vaste programme d’expansion des consciences humaines à très long terme, dont le but serait de nous familiariser avec une réalité plus étendue, comme nous le faisons nous-même avec nos nourrissons. Positionnant des mobiles multicolores, lumineux et grotesques, au-dessus des berceaux, nous n’avons qu’un objectif : mieux développer le cerveau de nos bambins, pour leur permettre de mieux les préparer à appréhender la réalité complexe du monde.

C. La relation verticale d’un plan de conscience local à son plan de conscience supérieur.

Pour schématiser les écrits occultes, l’Homme (ou Moi / Personnalité / Ego) ne serait qu’une poupée gigogne connectée à des successions de paliers de consciences, sur des plans vibratoires de plus en plus « rapides » et subtils.

L’expansion de la conscience de la personnalité humaine (via un long cycle d’incarnations dans l’Espace-Temps), entrainerait un enrichissement informationnel des niveaux de consciences supérieurs de ce dernier.

On parle des plans de consciences suivants :

  • La Divinité : sur laquelle il est difficile de spéculer. Nous parlons du point d’origine ou de la « Cause sans cause » de la globalité du monde manifesté. Ce concept est infini et non manifesté, donc inconnaissable.
  • La Monade : un puissant niveau de conscience constitué de trois pôles d’attraction (Volonté-Activité-Sagesse) sans lien direct avec notre expérience humaine. Nous pourrions l’identifier à un principe Divin ultime et manifesté, selon la définition des religions humaines.
  • L’Âme (le Soi) : le principe tripartite intermédiaire entre la Monade et la Personnalité humaine incarnée. C’est notre niveau de conscience subjectif, celui avec lequel nous pouvons entrer en contact (via le corps mental), lors de rêves ou de périodes de relaxations volontaires… Certains expérienceurs de NDE imaginent que c’est ce principe qui fusionne avec la personnalité, au bout du long tunnel de lumière.
  • La Personnalité humaine incarnée (l’Ego / le Moi) : avec son statut social terrestre, son corps physique, son corps éthérique (plateforme d’échange entre le physique et l’astral), son corps astral (siège des l’émotion), son corps mental (siège du raisonnement concret)…
  • Le Moi est destiné à expérimenter la matière et le temps. Il serait une projection localisée de l’Âme dans la réalité objective : une « forme pensée de l’Âme », comme un jet de lumière pure frappant le prisme de verre de la matérialité, manifestant les couleurs de la personnalité.

Ainsi, cette mécanique spirituelle pourrait être comparée à un arbre inversé, avec un nombre infini de ramifications, avec autant de personnalités que d’Âmes.

Certains penseurs imaginent même qu’une unité « Âme » pourrait projeter simultanément plusieurs « formes pensées-personnalités » dans la manifestation de notre réalité physique. Elle pourrait le faire sur plusieurs époques simultanément, puisque de son point de vue intemporel, le couple Espace-Temps ne serait qu’une illusion instantanée. On peut alors visualiser cette image comme une espèce de pieuvre immergeant plusieurs de ses tentacules dans un même contenant, pour en extirper « l’Information/expérience ».

Lorsque la personnalité aurait accumulé suffisamment d’expérience « Volonté-Activité(Amour)-Sagesse », elle briserait la ronde des entrées/sorties dans la matière, en cassant son « corps causal » et réincorporerait consciemment et définitivement son principe « Âme » pour passer à l’étape supérieure, jusqu’à l’étape ultime : le passage du cercle infranchissable de son Créateur et la réalisation de sa propre formes pensées « Existentielle ».

En ce qui concerne le mécanisme de communication Âme/Personnalité, il peut se retrouver dans différents fonds culturels et religieux. Celui du Bouddha par exemple mais aussi celui des Saints catholiques décapités ou « céphalophores ». Ce dernier exemple chrétien est intéressant car il permet une transition vers le second facteur d’émergence des phénomènes inexpliqués : la spécificité de lieux « énergétiques » reconnus par les religions du monde comme permettant un contact privilégié avec le pouvoir du divin.

2.Un facteur « énergétique » lié à des lieux spécifiques.

Comme déjà vu dans les précédents articles du Geepi (lien ici), il semble que notre terre soit maillée par une grille tellurique de nature inconnue (probablement électromagnétique) dont la cause serait l’activité interne et rotative de notre planète, en interaction avec les forces du Cosmos, particulièrement les émissions de notre astre solaire.

A des points précis, correspondant à des croisements de ce maillage planétaire ou Cosmo-Tellurique, des échanges polarisés s’opéreraient entre des émissions négatives du sous-sol et des émissions positives en provenance de l’Espace. Ce réseau serait agencé de manière fractale sur une base géométrique de triangle isocèle. C’est-à-dire que le quadrillage « triangulaire » se répéterait, en lui-même, de plus en plus localement.

En regardant ce réseau global hexagonal, on se rend compte que le maillage en question dessine des figures géométriques bien connues des Occultistes et des Magistes : des pentacles et des hexagrammes, dont les intersections seraient des nœuds de forces mineurs et majeurs, selon le « zoom » réalisé par l’observateur.

Ce réseau, ramené au niveau global ne peut que nous faire penser à une structuration cristalline, un peu comme un dodécaèdre, ce qui ne m’étonne pas puisque selon mon expérience personnelle, les cristaux, tout comme l’eau, seraient les ponts entre notre réalité locale et les autres réalités.

 

Cas personnel de création d’une hantise « synthétique » : mise en action des effets tangibles des forces de la Géométrie sacrée par un matériel adapté.

Le soir du 28/04/2015, j’étais en vacances à 2 km au Nord de Carcassonne, dans le petit village de Villemoustaussou et je trouvais le temps et l’énergie pour pratiquer mes recherches radiesthésiques.

En journée, j’avais fait l’acquisition d’un joli cristal de roche, de 8 cm de hauteur sur 1,5 cm de diamètre, dans un magasin spécialisé de la région. Je décidais, le soir même, de charger un verre d’eau du robinet et de plonger la dite pierre dans le liquide, pour voir si un transfert de charge pouvait avoir lieu en remesurant tout ça le lendemain matin.

Je chargeais donc l’eau en y fixant ma volonté, tout en faisant girer un pendule « spécial » autour du verre. J’étais alors dans le salon de notre résidence de vacances et la télévision était allumée. Je note ce point de détail car il est vrai que durant la charge, il m’arrivait d’être déconcentré par le programme audiovisuel.

Lorsque le liquide fut « chargé » à 55 000 unités Bovis (selon mon étalonnage personnel), je plaçais le cristal dans l’eau et laissais le montage en place pour aller me coucher… il était 22h30.

Vers 0h30, ma femme me réveilla (avec difficulté car je dormais très profondément) : la télévision du rez-de-chaussée venait de se mettre en route toute seule ! Je descendais un peu hagard, ne pouvant que constater le fait puis éteignais l’appareil (vidant par la même occasion mon montage…dans le doute). Alors que nous dormions dans cette petite maison de vacances depuis déjà quatre nuits, je peux assurer que nous y avions un excellent sommeil. Mais cette nuit là, mais enfants (5 et 2 ans) se réveillèrent à partir de 2 heures du matin et plusieurs fois… en nous manifestant leur peur et l’impression d’une présence pour le plus grand…

Inutile de signaler que le lendemain matin, ma compagne vis d’un mauvaise œil mon expérience de radiesthésie, me faisant remarquer que cette maison était ancienne et qu’à réaliser des expériences comme celle-ci, on ne savait pas ce que l’on pouvait déclencher ! Je me ranger de son côté en me jurant de ne plus tenter d’expériences dans un contexte familial.

C’est avec un peu d’appréhension que nous abordions les 3 jours restant à passer dans la maison mais plus rien n’arriva et nous retrouvâmes un parfait sommeil. A noter que les propriétaires n’avaient jamais vécus quoi que se soit dans cette maison.

Il me fallut plus de 2 ans pour bien comprendre la mécanique complète de ce phénomène inexpliqué que, semble t’il, j’avais enclenché. C’est au travers de rencontres avec des religieux, des magnétiseurs, des radiesthésistes et des groupes spirites que je pus enfin comprendre les facteurs ayant généré ce phénomène de hantise « synthétique » :

Ma propre conscience : il est maintenant évidant pour moi que « JE SUIS » le coupable de la hantise de ce soir là. Durant la séance de charge sur l’eau, j’ai généré une espèce de « Forme pensée » dans l’eau, vivifiant une remonté de ses effets via le cristal de roche qui lui a joué un rôle de d’intermédiaire de la charge sur le plan physique. Lors de mon réveil par ma femme, je puis assurer que je dormais très profondément et que j’eus beaucoup de mal à remonter à la surface. J’imagine qu’à ce moment là, mon subconscient devait piloter le phénomène, ne faisant que rallumer la télévision puisque durant la charge, je m’y étais attardé un instant.

L’eau : la science commence à peine à comprendre la formidable « mémoire de l’eau » mais depuis les temps anciens, des sources sont capables de guérir. De nombreux sites sont occupés depuis des millénaires par les successions de religions pour que le culte se fasse autour d’elles (voir le cas typique de Pierrefonds, dans l’Oise). Le facteur exogène « Mariale » concentre bien souvent les expérienceurs vers des eaux sorties de terre pour y fonder ou refonder des pèlerinages. Ces derniers permettent de focaliser la conscience de la masse des fidèles en un « égrégore » commun capable d’apporter un plus au nœud de la « Terre-Mère ».

Le cristal de roche : Utilisé par la science pour ses capacités piézo-électriques (capacité de traduction vibratoire), il est connu par les occultistes et magistes comme un élément permettant de réaliser des transferts vibratoires comme un « traducteur », sur différents plans de consciences. A noter que le quartz est la forme cristalline de la Silice, qui elle représente plus de 60% de la masse de la croûte terrestre continentale… Ainsi, de par sa forme naturelle, le cristal de quartz rentre en résonnance avec le maillage cristallin du réseau Cosmo-Tellurique.

Le lieu de l’expérience : la maison du village où je me trouvais est située à 200 mètres à l’Est de la ley principale du réseau Cosmo tellurique, une ley coupant la France en deux parties égales et connue sous le nom de « méridienne continentale ». Redécouverte par la famille de géographe « Cassini » qui, Oh ! surprise, ont achetés le château de Thury- sous-Clermont, passant par la dite ligne Cosmo-Tellurique. A noter que cette  ligne est aussi celle passe sur Paris et sur le labyrinthe de la Cathédrale d’Amiens !

Etude du labyrinthe de la cathédrale d’Amiens et de St Quentin

Comme j’avais pu le mettre en lumière dans mon article « Le Grimoire Radiesthésique ou le langage vibratoire de la matière » et « Les labyrinthes de cathédrales : amplificateurs des courants telluriques », Il s’avère que les spécificités géométriques de ces dessins sont à l’origine d’une amplification énergétiques des cathédrales gothiques.

Ce labyrinthe, tout comme la cathédrale d’Amiens, ne sont pas orientés sur les points cardinaux mais sur l’axe de la ligne Cosmo-Tellurique Amiens-St Quentin : son constructeur à d’ailleurs tenu à nous signaler ce non alignement par un dessin au centre du pavage.

 

Au-delà de la prise de mesure radiesthésique, j’ai essayé de reconstruire le dessin du labyrinthe en repartant d’une feuille blanche. J’ai donc arpenté son tracé, repassant par la démarche de conception de leur(s) créateur(s).

Sont apparus à moi plusieurs idées intéressantes à signaler ici :

L’utilisation des cercles concentriques pour obtenir le « squelette » du labyrinthe octogonal. Il s’agit d’une remarque intéressant car M. Jean De La Foye expliquait, dans son livre « Ondes de vies et ondes de mort », à la page 54, qu’il avait pu déduire que les cercles étaient le langage vibratoire du champ « vital » et que l’on retrouvait, comme superposés à ces cercles, des polygones qui eux étaient le signe de la présence du champ de la matière ou champ « physique ». N’y avait-t-il pas alors volonté des créateurs de labyrinthes de « capter » ces deux champs conjugués, issus des courants cosmos-telluriques.

Il y a aussi un parallèle flagrante entre le squelette permettant de dessiner le labyrinthe et les dessins de brûlures géométriques cutanées ! On retrouve bien ce dessins en « cible/viseur » avec plusieurs cercles concentriques et des diagonales passant au centre du schéma. Coût de chance ? Eh bien je suis à nouveau très interloqué de constater les propos tenus par M. De La Foye page 57 et 58 :« En multipliant les cercles du Champ Vital, nous nous apercevons que des cercles égaux à centre sur les mêmes axes, dont le centre de l’un se trouve sur la circonférence de l’autre, donnent des intersections situés sur des axes rayonnants d’hexagones ou d’hexagrammes, lesquels rétablissent la symétrie de l’espace et vont nous ramener au physique des cristaux et des nids d’abeilles… ».Surprenant que notre ingénieur agronome en vienne à parler de dessins se retrouvant à la fois dans le traçage du maillage géométrique planétaire, aux nœuds desquels sont implantés les cathédrales/labyrinthes et que l’on retrouve aussi les mêmes dessins sur les brûlures géométriques cutanées de personnes situées sur les lignes de ce même maillage !

A noter aussi, l’explication assez similaire de Dion Fortune, dans son livre « La Doctrine Cosmique » qui signale aussi que ces géométries seraient les « constituant informationnels universelles » de notre réalité.

 

Enfin, on ne peut que faire le lien avec le maillage géométrique planétaire tel que présenté sur le site « www.eurogrille.fr » et qui est à la base de mon étude sur la corrélation entre l’énergie Cosmo-Tellurique et l’incursion des phénomènes inexpliqués dans notre quotidien. L’auteur de ce site signale là encore la correspondance avec une structure de type cristalline !

Là encore, de par sa forme, le labyrinthe rentre en résonnance avec le maillage cristallin du réseau Cosmo-Tellurique.

Ainsi, une « force inconnue porteuse d’informations géométriques » se déplacerait de manière sinusoïdale par rapport à la structure du maillage, qui lui ne serait que l’axe médian des déplacements énergétiques serpentiformes. Tel un système sanguin composé d’artères, de veines et de vaisseaux, le réseau Cosmo-Tellurique mondial irriguerait jusqu’à la moindre petite parcelle d’espace et de vie.

Cette force était nommée « Vouivre » par nos anciens occidentaux alors qu’en orient, on parlait plutôt des « veines du dragon ». On peut en retrouver une image approchante via le célèbre caducée d’Hermès. Mais sans aller jusque-là, il suffit de regarder le sommet de la flèche de la cathédrale d’Amiens pour comprendre que tout est sous le nez de celui qui cherche des réponses…

Pour en revenir justement aux légendes chrétiennes des Saints céphalophores, ils sont l’indice typique de la présence d’un courant de « la vouivre » balisé entre autre  par les « Vierges Noires » et les Pierres de « Gargantua ».

En effet, au travers des légendes de ces Saints à la tête coupée, on nous signale qu’un mystique, par sa capacité à faire abstraction de sa personnalité (symbolisé par sa tête détachée ou « Moi »), reçoit directement « l’intelligence divine » ou « Mental supérieur de l’Âme » lui permettant d’être guidé intuitivement vers le point focalisateur d’énergie liant la Terre et le Ciel.

Tout comme il semblerait que l’Homme puisse se connecter à son principe divin en ces lieux, d’autres phénomènes émergeraient de ces mêmes « vortex ». Il s’agit du panel complet des phénomènes inexpliqués : apparitions fantomatiques, apparitions mariales, ovnis, crops circles et plus récemment, brûlures géométriques cutanées sur des témoins séjournant à proximité de ces nœuds.

Traçage du maillage Cosmo tellurique du Centre de la France

Cliquez sur la carte pour l’agrandir – A noter le passage d’une ley secondaire sur Chambord et une ley principale sur Pontmartin, lieu d’apparition mariale. Il y a aussi le cas d’un de nos témoins et victime de brûlure géométrique cutanée, habitant sur une ligne secondaire. Je laisse les natifs du secteur compléter la carte en prenant contact avec nous…

Traçage du maillage Cosmo tellurique du Nord de la région parisienne et parallèle avec les cas de brûlures géométriques cutanées et les secteurs classiques d’apparition d’OVNIS

Cliquez sur la carte pour l’agrandir – A noter la localisation des cas de brûlures géométriques le long des lignes Cosmo-Telluriques mais aussi des points récurrents de passages d’OVNIs sur ces mêmes lignes : Tavergny, Meaux, Betz et Persan Beaumont.

.

Voilà donc pourquoi certains lieux semblent plus propices à de tels phénomènes et que ces mêmes emplacements sont occupés par des lieux de cultes ou de pouvoirs ! Tout semble indiquer que les croisements de ces lignes sont des fenêtres pour favoriser la puissance de la Conscience d’inités sur l’environnement et les populations.

La présence d’une Vierge Noire est un signe du passage d’une ligne ou d’un croisement Cosmo-Tellurique.

.

3.Un facteur « temporel » lié aux cycles de la matière.

A. Un dosage variable de l’Espace/temps, permettant l’émergence de phénomènes l’inexpliqués

Comme souligné dans nos deux précédents articles en lien ici :

http://www.geepi.fr/273-le-chiffre-clef-de-lunivers/

http://www.geepi.fr/le-cercle-et-le-cycle-le-secret-du-fonctionnement-des-ovnis/

Notre univers physique est dominé par une imbrication de cycles fractalement agencés,  liés aux mouvements circulaires de la matière : des déplacements engendrant la sensation temporelle.

  • Le cycle d’un amas galactique… autour de son point d’origine
  • Le cycle de notre galaxie, la Voie lactée (…)
  • Le cycle de notre système solaire (…)
  • Le cycle Terre-Lune (…)
  • Le cycle de la Terre (…)
  • Le cycle de notre corps physique (…)

.

.

.

Un couple « Espace-matière » / Temps impose alors une succession de rythmes aux consciences en incarnation sur le plan physique dense, entrainant la sensation de vie telle que nous l’expérimentons.

Il s’avère que lorsque des témoins se trouvent confrontés aux phénomènes inexpliqués (ovnis, apparitions fantomatiques…), ils font souvent mention de la perte de leurs repères habituels. Le temps qu’ils connaissent semble varier dans sa « durée » ressentie, comme si une ou des variables étaient modifiées et que le témoin était partiellement décalé par rapport à ses repères locaux.

Et justement, tout est là car c’est bien la matière, par le jeu de la gravité, qui contraint le temps :

Plus il y a d’espace et moins il y a de temps, moins il y a d’espace et plus il y a de temps.

Pour voyager sans contrainte d’espace (limite de la vitesse de la lumière), il faut donc supprimer la matière. Cette « dématérialisation » donne alors accès à une quantité de temps illimitée, si bien qu’à l’extrême, le temps disparait à son tour, permettant le voyage instantané à la vitesse de la pensée.

Cela peut sembler fou mais pourtant nous expérimentons ce voyage chaque nuit, par le rêve, lorsque les liens avec notre matière (le corps physique) se relâchent.

Il se pourrait bien que ce soit l’angle d’attaque employé par les « Facteurs exogènes » : une dématérialisation technologique (par le jeu d’un champ électromagnétisme tournoyant) ou une dématérialisation de fait, par l’atteinte évolutive d’une « transmatérialité ».

B. Un accès à l’énergie/information sous critères temporels locaux

Notre étude terrain des mégalithes, avec l’exemple local du Verziau de Garguantua (en lien ici) a permis de mettre en évidence une connaissance humaine très ancienne des forces Cosmo-Telluriques. Une réalité si forte pour les peuples post âge glacière, que ces derniers ont érigés des monuments extrêmement lourds pour valoriser ces « nœuds d’énergies » et ce malgré la difficulté environnementale, logistique et technologique de l’époque.

Il est très intéressant d’étudier ces monuments vernaculaires sous l’angle des  légendes locales car elles sont une vision naïve et pratique d’une vérité qu’il est bon de comparer aux théories des spécialistes. Ainsi apprenons-nous que certains menhirs du département de l’Aisne « s’illuminaient » au Solstice d’été et qu’il faisait bon y dormir cette nuit là pour guérir de divers maux… Ce qui vient apporter un plus face au constat archéologique qu’une majorité des mégalithes et autres cathédrales gothiques sont alignés pour marquer les solstices et les équinoxes(*). La connaissance et l’exploitation du maillage Cosmo-Tellurique semble donc s’être transmise entre initiés.

Dans l’exemple européen, le flambeau a été passé au travers des peuples dit « des mégalithes » vers les druides celtes puis des druides vers les prêtres chrétiens et les maitres Maçons, comme on le constate via les cathédrales gothiques (des menhirs perfectionnés), distillant des symboles païens tels que les dragons et vierges noires chtonienne, loin des symboles chrétiens classiques.

Plus près de nous, de la renaissance au siècle des lumières, des élites intellectuelles, sous couvert de diverses confréries, ont continué à maintenir ces connaissances occultes. Des connaissances que nous retrouvons dans le langage des arts et de l’architecture : par incorporation de données mathématiques et géométriques dans leurs œuvres.

Ainsi retrouvons-nous le nombre d’or, les références à phi ou l’utilisation du mètre étalon intégrés au quotidien du peuple, sans que ces derniers en comprennent les clefs : matière et temps ne sont qu’Un !

Dans le cas des cathédrales, le tout est mis en « musique » par l’emploi de la lumière solaire (vitraux) aux quatre périodes clefs de l’année(*).

Concernant les lieux de pouvoirs que penser, par exemple, du Château de Chambord, positionné sur une ligne secondaire du maillage Cosmo-Tellurique, tout comme le Château de Fontainebleau ! François 1er en était-il l’initiateur ?

Chambord et Fontainebleau, deux résidences royales de François 1er, placées sur le maillage secondaire du Réseau de la Vouivre…

Ces connaissances avaient et ont toujours un intérêt vital pour les élites dirigeantes (surtout en France avec l’établissement d’un véritable pouvoir centralisé géographiquement).

Nous le voyons au travers de l’affaire de la lettre de Louis Foucquet à son frère Nicolas (du 17 avril 1656), à propos des découvertes de Nicolas Poussin (sur la Géométrie Sacrée ?). Application faite dans le positionnement de la construction de Vaux de Vicomte, sur une ligne secondaire du Réseau Cosmo- Tellurique : sur la même ligne d’énergie que le château de Versailles, qui lui sera construit, à postériori, sur un nœud local majeur de la région parisienne.

Un alignement parasite du Château Vaux-Le-Vicomte face au Château de Versailles ?

L’arrestation Nicolas Fouquet par le Louis XIV lui-même et l’intérêt soudain du Roi pour l’œuvre de Nicolas Poussin (au travers de son acquisition du tableau « Et in Arcadia ego ») montre l’enjeu occulte de cette affaire.

On peut donc imaginer que cette « Science de la Géométrie sacrée » a pu et permet encore d’exploiter une énergie de la matière habituellement non manifestée et de la mettre en service sous le levier de la conscience d’initiés. Tout ceci pour un but :  faire rayonner son influence sur un secteur géographique.

A ce titre, j’oriente le chercheur vers l’étrange pyramide moderne de la cité de l’Or, à St Amand Montrond et commandée par M. Serge Vinçon, qui est loin d’être un inconnu. Cette forme émettrice « d’émissions dues aux formes » est positionnée à proximité de la ley principale du territoire Français, comme les temples et palais d’antant !

Brûlures géométriques cutanées : cas concret du déplacement de l’énergie manifestée du maillage Cosmo-Tellurique planétaire, en fonction d’un cycle et du niveau de conscience du témoin/victime.

Il est intéressant de reprendre nos affaires de brûlures géométriques cutanées et de s’attarder non plus sur la localisation géographique des faits, ni sur les personnes mais sur les dates :

1 Brûlure cutanée à Champagne sur Oise : Printemps 2014 – sur une ligne primaire du maillage

2 Brûlure cutanée à Gonesse : 19/03/2017 – à proximité d’une ligne tertiaire du maillage

3 Brûlure cutanée à Franconville : 26/10/2012 – à proximité d’une ligne tertiaire du maillage

4 Brûlure cutanée à Montmorency : 17/10/2016 – à proximité de la ligne primaire centrale axe Amiens-Paris-Carcassonne.

5 Brûlure cutanée 1 à Soissons : 13/10/2015 – sur une ligne quaternaire Beauvais-Soissons

6 Brûlure cutanée 2 à Soissons : 24/09/2016 – Sur une ligne quaternaire Beauvais-Soissons

7 Brûlure cutanée à Brides-les-Bains : 15/08/2014 – Sur une ligne primaire axe Genève-Col de Vence du maillage.

8 Brûlure cutanée à Villeneuve St Salves : 21/06/2015 – Sur une ligne tertiaire du maillage

9 Brûlure cutanée à Seeheim-Jugenheim : 15/01/2017 – A proximité de la ligne primaire Nord-Sud passant par Baden-Baden.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir – Le cercle concentre la symbolique pratique de l’Espace/matière et du temps

Bien que cela ne soit pas systématique et que le nombre de cas dont dispose le Geepi soit faible, Il semble y avoir une accentuation du phénomène autour des équinoxes, périodes où le nombre d’heures de jour est égale au nombre d’heures de nuit soit des périodes favorables au printemps (autour du 20 mars) et à l’automne (autour du 21 septembre). Ce qui ne veut pas dire que les deux saisons restantes ne connaissent pas leurs lots de brûlures puisque sur notre petit panel, deux cas se situent en été (sur la date même du solstice d’été !) et en hiver (26 jours après le solstice d’hiver).

Il tout de même intéressant de noter que le savoir des sourciers parlent des Hauts Lieux Energétiques comme des endroits d’échanges polarisés entre les énergies venues du sol et les énergies venues du ciel, et que les équinoxes marquent justement des périodes équilibrés entre la lumière (énergie cosmique) et la nuit (énergie tellurique) !

Conclusion : lorsque l’inconnu est apprivoisé, la peur n’est plus.

Sortons de la vision voyeuriste, superficielle et crédule du « paranormal », qui en fait est une partie incomprise de la « normalité ». Allons au-delà de l’étalage, sans queue ni tête, d’affaires paranormales mises sous le feu des projecteurs, par certains « auteurs-conférenciers » dont les livres sont des gagnes pains poussant au sensationnalisme.
Pour comprendre les phénomènes inexpliqués, intégrons le fait que nous ne sommes pas extérieurs à ces derniers. L’homme fait partie intégrante d’un système spirituel, matériel et temporel sur lequel il a une influence proportionnelle à son niveau de conscience. Sachons franchir la barrière des dogmes et des croyances enfantines pour favoriser l’expansion de notre conscience et nous délivrer des influences de la grande horlogerie de la matière.
Comme nous épluchons un oignon, cherchons le Divin en nous même, par la démarche du Mystique, mais cherchons aussi cette œuvre au cœur de la matière, comme l’Alchimiste d’antan, l’Occultiste et comme le Scientifique d’aujourd’hui : de l’intérieur vers l’extérieur et de l’extérieur vers l’intérieur.
Car le divin est en tout : étudier notre microcosme, c’est étudier une parcelle fractale de tous l’Univers. Comprendre son propre fonctionnement, c’est comprendre l’autre par le développement de l’empathie et comprendre l’autre c’est atteindre la divinité car nous sommes tous une parcelle du Point d’Origine.
A une époque où ressurgit « l’Esprit de séparativité », prémisse aux actes de haines, où de pseudo religions humaines prônent un communautarisme exacerbé, empruntons le chemin inverse car il est le seul qui rassemble, renforce et pérennise.
Une démarche aussi saugrenue que d’essayer de comprendre l’inexpliqué, c’est tenter de comprendre l’inconnu et lorsque l’inconnu est apprivoisé, la peur n’est plus.

Bragi Bellovaque, pour le Geepi

« Qu’on prenne conscience de la lumière en tête, Emergeant de la gangue pour ne plus jamais naitre, En rythmant ses pensées sur le temps qui s’arrête, Regardons au-delà de ce qui peut paraitre. »


Vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi :

L’homme connecté ou la réalité radiesthésique.

Enquête géobiologique n° 2 – Étranges traces circulaires cutanées en Picardie, un début d’explication ? – Janvier 2016

Les théraphims ou le secret des génies familiers

Les courants Cosmo-telluriques de notre planète sont-ils une réalité ? Traçage de ces lignes invisibles dans le Nord France, localisation de hauts lieux énergétiques locaux et des phénomènes inexpliqués.

Le Cercle et le Cycle : le secret du fonctionnement des ovnis

Chasser les clichés sur les Hantises et l’Ufologie, pour mieux saisir le « Facteur Exogène ».

Les Labyrinthes de cathédrales : amplificateurs des courants telluriques ?

Notre Dame : le voile de Mystère d’une Mère aux Mille visages





Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Un commentaire to “Les trois facteurs fondamentaux d’émergence des phénomènes inexpliqués”

Laisser un commentaire

Complètez l'opération en chiffre dans la case ci-dessous : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.