La réalité de l’effet « témoin » en radionique : expérience avec un émetteur « Cercles réciproques »

Modifier la taille de police : A A A

mardi, 21 juin 2016 | Par | Catégorie: Liste des derniers articles, Recherche
telepathie

La Radionique : créer un pont entre deux points de l’Univers pour échanger l’information, une réalité subtile ?

Une des lois de l’occultisme concerne la notion de « témoin » ou de « Loi des semblables ». C’est-à-dire que deux éléments issus d’une même origine ou comprenant, dans leur essence, la même identité, vont maintenir un lien permanent permettant des échanges subtils en « vase communicant » et ce, malgré la barrière de la distance physique.

Belizal

Emetteurs de Ve- dans le laboratoire du Comte André de Bélizal

Le Comte André De Belizal avait notamment expérimenté cette loi en séparant deux souches de bactéries, l’une d’elle avait été expédiée à plusieurs centaines de kilomètres de son laboratoire (chez un confrère radiesthésiste), pendant que l’autre était restée sur place et avait été soumise, à une date et heure fixée, à un intense bombardement d’émissions momifiantes Ve- via l’un de ses montages (pile de demies sphères de très gros diamètre).

L’expérience avait été spectaculaire puisque la souche de bactérie soumise à l’émissions, ainsi que la souche témoin déplacée, avaient connues le même sort : un dessèchement total, à la minute prêt.

Pour mettre en lumière cette étrange loi, et vous permettre d’extrapoler à d’autres domaines, j’aimerai vous en faire la démonstration via un exercice pratique de Radionique, utilisant deux tablettes « Cercles réciproques » émettrices d’émissions dues aux formes.

Pour faciliter la prise de photographies, les deux planchettes n’ont pas été beaucoup éloignées, mais aucun contact physique n’existe. Les deux tablettes peuvent être déplacées de plusieurs centaines de kilomètres l’une de l’autre sans  altérer l’effet témoin…

Contexte de l’expérience

WP_20160620_001

Cliquez sur l’image pour observer le montage

Deux planchettes « Cercles réciproques » sont orientées dans l’axe Nord-Sud Magnétique avec un léger décalage antihoraire de 5° soit à 355° (le Nord magnétique étant à 360°) comme indiqué par Jean De La Foye dans son livre « Ondes de vie, ondes de mort ». Les deux planchettes sont éloignées d’environ 60 centimètres l’une de l’autre, dans le même axe.

FOTC30B

Emetteur-récepteur polarisé, en va et vient, d’émissions dues aux formes : un petit montage inédit découvert par moi-même et schématisant très simplement l’effet cosmo-tellurique d’un moai, d’un menhir ou d’une cathédrale.

On positionne sur la planchette émettrice, dans son cercle nord, un phi en cuivre surmonté d’une petite carte comprenant un symbole « Rongo ». Ce petit montage phi+rongo a l’étonnante capacité (trouvée par moi même en 2014 et confirmée par trois autres radiesthésistes) de générer une émission alternative, mesurée à 6 000-14000 uB puis 14 000-6 000 uB en va et vient continu.

Sur le cercle sud de cette même planchette émettrice, on positionne une petite carte comportant un dessin de moai (tout autre dessin aurait pu faire l’affaire, il faut juste deux cartes avec le même symbole ou dessin).

Enfin, sur la planchette réceptrice, je ne positionne rien. En revanche, je vais placer la copie conforme de la petite carte de moai sur le pourtour de la partie cercle « nord » de la dite planchette.

Mes résultats de mesures

FOT3E1

Cliquez sur l’image pour observer le montage émetteur

Avant positionnement du montage phi+rongo sur la planchette émettrice, chacune est mesurée, selon mon étalonnage personnel, à 24 000 uB et 55% de densité énergétique : des mesures identiques, indiquant que les émetteurs/récepteurs sont opérationnels dans l’axe nord-sud magnétique.

Après positionnement du phi+rongo, je détecte bien le flux d’émissions alternatives  à 6 000-14000 uB puis 14 000-6 000 uB sur le cercle sud de la tablette émettrice. Je positionne donc la première carte moai sur ce même cercle sud.

WP_20160620_003

Cliquez sur l’image pour observer le montage récepteur

Côté tablette réceptrice, à partir du moment où je positionne la seconde carte moai à la périphérie de sa partie nord, je mesure aussitôt « l’écho » de l’émission envoyée par la première planchette : 6 000-14000 uB puis 14 000-6 000 uB alternativement.

A noter que le déplacement de la carte moai « jumelle » sur la tablette réceptrice ou à la périphérie de sa partie sud coupe la transmission de l’émission. Ce phénomène doit être liée à une notion de polarité des échanges, du « pole » nord vers le « pole » sud, mais je n’en suis pas sûr.

Si je coupe l’émission en retirant du montage le phi+rongo, les deux cartes sont encore émettrice mais l’émission va en diminuant… Pour supprimer totalement cette émission parasite, je positionne une aiguille de cuivre en « L » dans le trou de chacun des cadrans nord et je règle à 320° : les résurgences sont alors effacées définitivement. Ce même réglage permet aussi de décharger des objets comprenant une charge nocive.

Mes conclusions

FOTBDB8Selon moi, l’expérience ci-dessus confirme deux points d’importance primordiale :

– L’obligation de polarisation du montage : pour se déplacer, l’information doit pouvoir être attiré d’un pôle à un autre pôle de nature opposée, mais complémentaire (voir le Kybalion).

– L’importance de l’orientation par rapport au magnétisme terrestre : le champ magnétique terrestre semble être le « tissu » dans lequel baignent ces phénomènes de faible énergie. Les montages jouant le même rôle qu’un prisme de verre pour la lumière ambiante.

vinci-homme-vitruveD’autres points sont à signaler :

– La force des symboles géométriques employés au sein d’un champ d’émissions dues aux formes : l’émission du montage phi+rongo même s’il n’est qu’une méthode pour générer l’information à détecter, montre la force de la nature symbolique des dessins employés. Preuve que ce domaine d’étude navigue entre Physique et Spirituel… et que la science « matérialiste » actuelle ne peut reconnaitre cette réalité informationnelle de notre Univers.

– L’importance de la  « masse » des émetteurs d’émissions : un émetteur tel que le disque équatorial ou la tablette « Cercles réciproques » doivent avoir une épaisseur d’au moins deux centimètres et une densité importante (planche en chêne plutôt qu’en pin). Pour une forte « puissance », l’interaction avec la source des émissions doit se faire au contact d’objets denses (cf : moais, pyramides, menhirs, dolmens…).

Fait étrange mais confirmé dans le livre « Ondes de vie, ondes de mort », pour recevoir l’émission de la carte émettrice, la carte jumelle réceptrice ne doit pas être positionnée dans un des cercles de la tablette réceptrice mais à sa périphérie nord !

En effet, si je positionne la carte à l’intérieur du montage récepteur, la carte bascule à environ 24 000 uB de manière statique (je dis environ 24 000 uB mais en fait c’est un peu moins car le dessin de moai est un dessin nocif et dévitalisant donc le choix du dessin n’était pas judicieux de ma part).

J’imagine donc que la tablette « s’isole » grâce à son propre champ d’émission et ne laisse la place à une réception extérieure qu’à sa périphérie, côté pole inverse de l’émission.

Que pensez de ces résultats lorsque l’on sait que les occultistes, radiesthésistes et magnétiseurs affirment que le corps humain est lui même polarisé…

Bragi, pour le Geepi


Vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi :

Enquête géobiologique n° 2 – Étranges traces circulaires cutanées en Picardie, un début d’explication ? – Janvier 2016

Lorsqu’un physicien nous parle de la radiesthésie et des émissions dues aux formes

« 273 » le chiffre clef de l’Univers





Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Un commentaire to “La réalité de l’effet « témoin » en radionique : expérience avec un émetteur « Cercles réciproques »”

  1. […] La réalité de l’effet « témoin » en radionique : expérience avec un … […]

Laisser un commentaire

Complètez l'opération en chiffre dans la case ci-dessous : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.