Entretien avec un alchimiste

Modifier la taille de police : A A A

mercredi, 3 juin 2015 | Par | Catégorie: Témoignages

C’est dans le cadre de mes recherches sur les émissions de formes que j’ai parlé à Patrice de mon besoin d’un véritable « amplificateur ». Ce dernier m’a alors présenté les miroirs de Salazius D’Artigné… un véritable alchimiste ! Après avoir pris contact avec ce Brestois, il me paraissait évident que je ne pouvais en rester là. Il fallait faire un petit interview pour faire connaitre ce « personnage » et ses incroyables travaux.

 

Salazius, pouvez-vous définir ce qu’est l’alchimie ?

L’Alchimie, dans sa plus vaste dimension est l’art de l’évolution accélérée, à quelque chose ou à quelqu’un.

Dans la dimension communément acceptée, l’Alchimie est une Science et un Art Sacré travaillant sur des matières et ayant pour but la Pierre Philosophale, ou Panacée. Ceci débouche sur l’élixir de longue vie, et la poudre transmutatoire. Ceci permet régénération physique, et transmutation des métaux inférieurs en argent ou en or.

Vitrail de l’église de Tréorentheuc, photo de Salazius.

Vitrail de l’église de Tréorentheuc, photo de Salazius.

C’est une application des Lois et Principes de la Nature, permettant « extérieurement », c’est-à-dire dans un Laboratoire, et « par l’art », donc Artificiellement, de créer, de recréer ce qui se passe dans la Nature. Par la Nature, via la Nature, pour la Nature, l’Alchimiste va œuvrer et va permettre à des phénomènes naturels lents et à des principes épars et impurs, de pouvoir fusionner en totale pureté et cuire dans des conditions parfaites. Ce qui accélère grandement l’évolution des matières.

Depuis quand existe-t-elle et  quelle est son origine ?

Si nous la prenons dans sa plus vaste définition nous pourrions dire que l’Alchimie existe depuis le début de l’Univers, et son origine est, de fait, celle de l’Univers. La Nature en est le Maître.

Mais je suppose que vous voulez parler de l’origine terrestre et humaine de l’Alchimie.

image002

En réalité, il est impossible de fixer un point de départ tant temporel que local à l’Alchimie. Certains scolaires comme Mircea Eliade ont tenté de le faire. Nous pourrions dire que cela vient de la grande époque de Sumer ou de Babylone, ou encore des Egyptiens, que c’est une Science qui était aussi une mystique du Feu, liée à la maîtrise grandissante des métaux, des émaux, des poteries… Nous pouvons aussi bien dire que cela naît en Chine, en Inde il y à 5000 ans. Que le Yoga ou le Taoïsme y sont liés, et que pour toute religion, courant spirituel, mystique, il y a aussi eu une voie des Substances.

Si nous pensons à la théorie des mondes engloutis, ou des civilisations antédiluviennes disparues, nous pouvons imaginer que l’Alchimie était déjà pratiquée il y a 100 000 ans dans ce cas. Ce qui a subsisté bon gré malgré après les cataclysmes n’en sont alors que des miettes éparses qui ont redonné quelques coups de pouce à ces nouvelles civilisations.

Existe-t-il différentes branches dans ce domaine ?

Oui, il y en a plusieurs.

Dans un premier temps nous pouvons parler de l’Alchimie en tant que telle, c’est-à-dire, le travail opératoire permettant la génération de la Pierre Philosophale, ou substance ayant eu une évolution accélérée dans sa structure et sa composition. Elle se retrouve complètement changée et a sa vertu augmentée.

image003

Ensuite nous avons la Spagyrie, qui est orientée vers les soins, tant avec les métaux, les plantes, les gemmes, les sels, ou des produits animaux. L’idée est de maintenir la santé, prévenir les maladies, renforcer le terrain, voire se guérir.

C’est, nous pourrions dire, la Spagyrie qui a donné naissance à la médecine allopathique, mais aussi à l’homéopathie par exemple.

L’Archimie est la seconde petite sœur de l’Alchimie. Ses buts sont divers et variés. Allant de la fraude aux cachets de cire au 17ème siècle, à la confection de savon, de méthodes pour dorer ou argenter les métaux, pour rendre ignifugées des matières, pour mieux réduire les oxydes métalliques, ou encore pour créer or et argent à partir de procédés dits « particuliers », en opposition au procédé universel qu’est la Pierre Philosophale.

L’alchimie a-t-elle encore sa place, au regard des progrès de la science ?

L’Alchimie en tant que Science de la Nature aura toujours sa place, même si la science actuelle lui fait de l’ombre et prend 99% de tout l’espace. Juste équilibre des choses dans le processus naturel de la vie, car avant s’était l’Alchimie qui prenait toute la place.

Au regard des définitions ci-dessus, nous pouvons considérer les applications scientifiques actuelles comme de l’archimie en quelque sorte. De fait, l’Alchimie lui restera toujours supérieure dans ses applications.

La grande force de l’Alchimie est de savoir passer par les coulisses de la matière/théâtre de la vie. Alors que la science actuelle ne comprend pas réellement cela. Cependant on y revient via la Physique Quantique.

image004 image005 image006

Images tirées de Alchemical Miscellany – manuscrit Italien 1625.

C’est toujours laborieux à l’heure actuelle – du point de vue Alchimique, mais espérons que la « simplicité » reviendra dans l’esprit des sciences. Le manque, c’est surtout la Vision naturelle des choses. Des trois Principes notamment, tels le « Soufre », « Mercure » et « Sel » qui sont les trois briques élémentaires de la composition de la matière.

Ces trois principes peuvent être Nitreux, ou Alcalins, c’est-à-dire, volatils ou fixe. Volatils, c’est-à-dire qu’ils sont naturellement dans l’air ou se subliment à plus ou moins faible chaleur, et fixe, c’est qu’ils ne se subliment pas, et résistent au feu.

Pour décrire les trois Principes constitutifs de la matière, nous pourrions désigner rapidement, le Soufre comme le principe de « couleur », tingeant. Si vous infusez une plante, du thé, ou du café dans de l’eau, vous obtenez une couleur. C’est un Soufre. Une teinture.

Le Mercure est tout ce qui a trait à ce qui est volatil ou salin, et qui porte dans son « ventre » le Soufre. Ainsi, l’eau de votre café est le mercure.

Ce qui est nommé le Sel, est ce qui est désigné sous deux aspects : Soluble ou insoluble. Ainsi, la caféine est un sel soluble dans l’eau, c’est un sel, mais le café a aussi du carbonate de potassium, qui lui aussi est soluble, et ce qui reste dans le filtre à café est un sel insoluble, porteur de ces deux sels, et du Soufre. Parfois le Soufre est volatil et dans ce cas, on le désigne sous le terme d’Huile Essentielle.

Il faut aussi comprendre que tout ce qui est fixe peut devenir volatil, et inversement, ce qui est volatil, peut devenir fixe. Tout Artiste de ce nom peut modifier les qualités des Principes.

Que représentent ces travaux actuellement ?  Y a-t-il des « groupes » traitant de ce domaine ?

Bien des gens travaillent dans ces domaines actuellement, mais cela reste du domaine du particulier et non réellement du professionnel dans bien des cas, seules quelques firmes, et de courageuses personnes, se sont engagées dans la production d’élixirs Spagyriques. Ceci reste encore en marge à l’heure actuelle.

Dernière page du manuscrit d’admission du Dr Sigismund Bacstrom à la Société Rosicrucienne à l’Ile Maurice, 1797.

Dernière page du manuscrit d’admission du Dr Sigismund Bacstrom à la Société Rosicrucienne à l’Ile Maurice, 1797.

Le problème est que peu de personnes savent réellement travailler canoniquement. C’est-à-dire, dans les règles de l’Art. Le savoir s’est en grande partie perdu depuis longtemps, avec la fin de l’âge d’or de l’Alchimie au début du siècle des « lumières ». Il n’y a pas toujours eu de transmission et ceux qui ont les clefs ne les vendent pas au plus offrant, ni n’en font de cours en fascicules publiés sur le net ou en DVD. La marginalité et le coup d’arrêt de l’Alchimie sont en lien avec le changement des temps, mais aussi que les clefs sont difficiles à trouver et demandent bien du travail.

Il y a aussi bien des groupes « privés », sortes de petites écoles des mystères qui semblent avancer dans ces pratiques, avec toutes un travail prédominant en fonction du leader. Travail sur les acétates, sur le cinabre, sur l’antimoine, ou les plantes, etc. A l’heure actuelle, ce sont surtout des groupes basés aux USA qui fleurissent. On peut je pense en compter moins d’une dizaine.

Pouvez-vous, expliquer ce qui vous a amené à étudier personnellement l’alchimie ? Depuis combien de temps ?

J’étais auparavant dans le Yoga et la Théurgie (magie d’évolution, Divine). Je ne comprenais alors rien du tout à l’Alchimie et cela ne m’attirait en rien, tout ce langage hermétique m’était impénétrable.

Teinture de Cobalt dans du Spiritus Vini. Travail et photo par Salazius.

Teinture de Cobalt dans du Spiritus Vini. Travail et photo par Salazius.

Un jour un proche est venu avec une cornue, trouvée en brocante. C’était un cadeau. Qu’allais-je en faire ? J’ai commencé par distiller de l’eau, du vin, de l’urine … et le pied était à l’étrier ! J’ai alors commencé à lire, à pratiquer et à apprendre.

J’ai suivi une voie sèche de l’Antimoine, puis la Voie Antique, puis le Cinabre, et la Voie des (très) Pauvres, j’ai pratiqué la Spagyrie aussi. Tout ceci à été grandement formateur. J’ai appris énormément, c’est toujours plus facile et plus simple lorsque nous pouvons toucher du doigt les principes, les matières, et voir leur comportement. Ceci est en cours depuis maintenant environs 7 ans et demi. Je continue d’être un étudiant de la Nature.

Sur quelle voie vous êtes-vous engagé ? Quelle est la nature de vos travaux actuellement ?

Je me suis engagé sur une voie d’évolution personnelle, d’exploration des archétypes par leurs matières (corps) et dans une sorte de rédemption du monde, c’est-à-dire, d’évolution des royaumes extérieurs (salins, minéraux, végétaux, animaux/humain). Le but étant la Pierre Philosophale. Je découvre de plus en plus d’aspects shamaniques et magiques dans ces pratiques. C’est réellement très riche, très formateur et ceci permet à mon esprit de s’ouvrir sur de plus grands horizons encore.

Aurea Catena Homeri par Sigismund Bacstrom.

Aurea Catena Homeri par Sigismund Bacstrom.

A l’heure actuelle, je dirais simplement que je travaille dans chaque règne. Je continue mes expériences dans l’accomplissement du Grand Œuvre Alchimique. J’ai aussi des matières Spagyriques et que nous pourrions appeler « de Haute Spagyrie » en cours. La Haute Spagyrie permet un cycle de couleurs au Soufre, mais ne donne pas réellement de Pierre Philosophale. C’est un cran en dessous. Les couleurs pour les définir sont le noir (putréfaction), le vert (queue de Paon/végétation, reprise de vie), le blanc ou l’étape lunaire de pureté/élévation, et le rouge, parfois pourpre, ou l’étape de perfection, retour du Roi. Je resterai discret quant à la teneur véritable de mes expériences, non pas pudeur, mais par prudence. On ne parle pas du sacré qui nous touche de près à tout va.

Avec quel matériel travaillez-vous ? Quelles méthodes ?

J’opère on ne peut plus simplement et avec des outils adaptés, mais assez classiques tout de même. Bains de sables, chalumeau et plaques électriques, creusets fait maison ou plombagine selon le travail, verrerie, four fait à base de pots de fleur (les fameux « flowerpots furnaces »), verrerie rodée normée (avec alambics à tête de Maure).

Il n’y a rien de réellement extravagant dans le matériel employé et cela reste parfois du bricolage. Mais ça marche. C’est qui compte.

Teinture de Propolis. Travail et photo par Salazius.

Teinture de Propolis. Travail et photo par Salazius.

Les méthodes sont celles de nos anciens. Coctions longues, distillations, cohobations, imbibitions, extractions, teintures, sublimations, cristallisations lentes, ouverture de métaux, fabrications des mercures de bases (eau des anges, vinaigre, spiritus vini…).

Pour ce qui est des matières, lorsque je suis un protocole classique je travaille avec des matières classiques. Divers métaux, sels alcalins divers, plantes, huiles essentielles, produits dit « animaux », comme l’urine pour les sels ammoniacaux. La liste est vaste et non exhaustive !

Je ne suis pas les méthodes d’un auteur particulier, je ne suis que les principes qui sous-tendent un procédé. La ligne directrice en somme, la « logique » derrière l’opération donnée par un auteur. Ceci permet de se dégager des dogmes et des visions qui peuvent nous empêcher de progresser.

Qu’est-ce que l’alchimie a changé dans votre vie ?

L’Alchimie a été très formatrice pour moi. Elle m’a permit de casser des barrières mentales, de créer du lien avec tout ce qui est vivant. Elle m’a donné la Vision de lier les choses du Ciel avec celles de la Terre et inversement. C’est un grand changement de paradigme. L’Univers se décode bien plus facilement. Je comprends de mieux en mieux le monde dans lequel j’évolue. Je le vois, je le perçois, je vois à travers les choses, je ressens mieux les cycles de la vie, et tout ceci crée un cercle vertueux.
L’Alchimie pose autant des réponses que de questions. Mais nous pouvons être sûrs qu’elle répondra à nos interrogations. Un jour ou l’autre. Mais ceci peut prendre beaucoup de temps parfois. Dénouer une clef peut prendre des années de méditation, lecture, et travail. Et un jour, tout prend un sens nouveau, et tout s’éclaire.

Cybèle, Cathédrale de Notre Dame de Paris, photo de Salazius.

Cybèle, Cathédrale de Notre Dame de Paris, photo de Salazius.

Émotionnellement elle permet de se pauser, de travailler avec patience, lenteur et précision. Elle nous enseigne la réflexion, l’observation, la structure dans le travail et la capacité de créer du lien avec les matières ou les choses. Elle donne aussi le respect pour la vie, la Nature, car lorsque nous voyons des choses vivre au Laboratoire, nous ne pouvons rester insensible. Nous touchons des miracles du doigt. Lorsque l’esprit est formé par l’Alchimie, il a acquis cette capacité de voir à travers les choses, de les décomposer du regard, et nous ne pouvons qu’être émerveillé de la vie qui y palpite. Ultimement nous comprenons profondément, dans notre cœur, que tout est Un.

Elle prend aussi beaucoup de place, tant mentalement que physiquement. Elle demande de l’espace mental et de l’espace physique, qui ce dernier, tend à manquer. Elle change votre environnement en s’étalant dans votre bibliothèque, dans votre cave, garage, jardin, chambre … vie personnelle et vie tout court. Elle devient tant une amie qu’une maîtresse parfois exigeante.

Elle nous apprend à nous comporter tant comme un père que comme une mère. A la fois stimulant et forçant légèrement l’évolution de la matière, mais tout en la couvant et en prenant soin d’elle. Ceci nous permet de travailler sur nous même, notre comportement dans le monde.

Y a-t-il des auteurs et des livres incontournables dans ce domaine ?

Je considère que tous les anciens traités d’Alchimie ont leur valeur. Dans les auteurs contemporains nous pourrions garder Fulcanelli et Canseliet. Il est bon de rester aux origines de cette Science car parfois le message a été perverti et réinterprété par la suite. Une petite erreur peut avoir de grandes conséquences. Tout comme au golf, un ou deux millimètres auront sur la distance des mètres d’écarts avec le trou visé.

Le « Splendor Solis », le Rebis.

Le « Splendor Solis », le Rebis.

Parler des incontournables serait surtout parler de ce qui me parle personnellement. Mais certains ouvrages ont été vus comme des piliers majeurs dans le travail Alchimique comme la Chaîne d’Or D’Homère, ou encore l’Opus Mago Cabbalisticum et Theosophicum de Von Welling. J’ai apprécié la lecture de Sabine Stuart et de Claude Chevalier son mari dans leurs 4 Discours sur les Trois Principes. Ces ouvrages, entres autres, sont de très bonnes bases et ils ont le mérite de ne rien cacher.

Nous avons remarqué que les travaux de Franz Bardon avaient un écho particulier dans le cadre de vos travaux… Je pense notamment aux condensateurs fluidiques et aux miroirs « magiques ». Pouvez-vous nous en dire plus dans ce domaine ?

Effectivement. Dans mes jeunes années, j’ai pratiqué et lu Franz Bardon. Son travail de synthèse a eu sur moi un effet très bénéfique. J’ai alors fait mon premier miroir noir il y a environs 12 ans de cela. La pratique et la confection ont été maladroites et pas vraiment dans les mêmes normes que j’utilise maintenant, mais l’outil était tout de même fonctionnel, cela m’a donné mes premières expériences de vision, de voyance, de contact avec mon Gardien, etc.

Condensateur Fluidique (solide), photo de Salazius.

Condensateur Fluidique (solide), photo de Salazius.

Le concept de « condensateur fluidique » est brillant. Evidemment il n’appartient en rien à Bardon, il existait déjà il y a bien bien longtemps dans la magie Égyptienne ou Chaldéenne. Il n’a fait que poser un terme et une sorte de nomenclature dessus tout en proposant une pratique plus « scientifique » à leurs usages. L’idée est que toute matière est signée, c’est-à-dire reliée à une force céleste, ou primordiale. Ainsi, toute chose est signée électriquement ou magnétiquement, mais encore élémentalement (feu, air, eau et terre), encore planétairement (l’or est lié au soleil, l’argent à la lune, etc), et plus précisément encore au zodiaque.

Ainsi, toute matière utilisée en magie aura nécessairement un lien avec le travail en question et l’énergie qui sera utilisée. Un talisman de Mars sera ainsi, possiblement fait de fer, ou encore, sera fait avec un papier buvard imbibé de teinture de ce même métal, ou de teinture de poivre et d’ortie par exemple.

Les miroirs noirs magiques ont cette faculté de pouvoir avoir un panel complet de matières signées (de condensateurs fluidiques), qui, une fois réunis d’une certaine façon, donnent la possibilité d’avoir une matière universelle. Ainsi, toute énergie, toute force, quelle qu’elle soit, aura la possibilité de se manifester à travers un tel outil magique ou de s’y fixer.

Cet outil est programmable à volonté, chargeable à souhait et ceci est le fait des matières employées, qui ont cette faculté de pouvoir porter une charge. Il est un vrai couteau suisse universel de la magie et ne demande qu’un peu de technique pour s’en servir.

Les condensateurs fluidiques auraient cette capacité de stocker des énergies subtiles mais réelles, je pense notamment aux phénomènes de type égrégorique… Avez-vous des exemples sur vos miroirs « alchimiques » qui tendraient à valider cette réalité ?

La perception, c’est la réalité. Il n’y a pas de preuve autre que la perception de la personne vivant cette expérience. De fait toute personne sceptique pourrait remettre en question ces expériences.

http://dartigne.blogspot.fr/ http://salaziusstore.blogspot.fr/

Un des fameux miroirs fabriqués par Salazius et ayant pour base la description qu’en a fait Franz Bardon. http://dartigne.blogspot.fr/
http://salaziusstore.blogspot.fr/

Cependant, pour les personnes « croyantes », nous pouvons rapporter quelques expériences vécues. La première est celle d’un miroir noir fraîchement reçu par une personne dont nous ne donneront pas l’identité. L’outil avait été laissé à la poste une bonne semaine, se chargeant de toutes les énergies du lieu et de tout ce qui se passait. Le miroir une fois chez la personne, laissé tel quel (sans déprogrammation, décharge, mot de fermeture, etc) a, une nuit, laissé entendre un bruit strident puis une voix grave et tonitruante s’est faite entendre. La personne a été réveillée en sursaut et  a été quelque peu choquée sur le coup.

C’est un effet inattendu certes, mais quelque peu logique. Si vous laissez une matière « magique » par elle-même, les énergies se chargeront d’elle.

Une chose étonnante est que les miroirs ont cette faculté de devenir vivant. Une entité à part entière prend corps dans l’outil. Il a un nom, une personnalité et des capacités particulières. Parfois un miroir refuse d’aller chez qui il a été prévu. L’entité est si forte qu’elle choisit alors d’elle-même où aller.

Très souvent un miroir va aussi « corporifier » ou « somatiser », faute de meilleur termes, le visage ou la force qu’il incarne. Ainsi, un ami a un de mes miroirs noirs et le visage de l’entité se dessine dans le verre. Seules certaines personnes sont capables de regarder le visage de ce miroir, car l’entité qui s’y est manifestée est particulièrement puissante.

Quelle est donc la différence entre la magie opérative et l’alchimie ?

La Magie opérative utilise des matières pour fixer les charges, des condensateurs fluidiques. Mais la matière elle-même n’évolue pas dans ce cas là. Elle sert uniquement de support.

Par contre dans le cas d’un travail Magique de Théurgique, la matière à travailler est « nous même ». Dans ce cas, nous servons de condensateur et notre matière psychique sera sujette à modification et à évolution. Ceci, si le travail est bien mené.

L’Alchimie quant à elle utilise aussi des matières, mais leur donne un nouveau souffle pour évoluer plus en avant. L’Alchimie permet la confection de matières évoluées, plus disponibles et plus capables de retenir des énergies. En quelque sorte, elle met à disposition des condensateurs hautement chargeables, plus disponibles à l’énergie. Ceci car la gangue du sel est moins présente autour du Soufre, et ce dernier est rendu disponible par le Mercure utilisé. Le Soufre évolué, cuit dans les règles de l’Art, a une vertu augmentée. Ceci permet à une dose d’énergie bien plus massive d’être stockée, mais aussi, à une force bien plus subtile et spirituelle de s’incarner.

Travail sur la Stibine en Voie Humide. Travail et photo par Salazius.

Travail sur la Stibine en Voie Humide. Travail et photo par Salazius.

Le but, nous l’avons dit plus haut, de l’Alchimie est la Pierre Philosophale, permettant l’évolution de l’opérateur. C’est un but spirituel avant tout. La Pierre peut être utilisé dans un travail de Magie, avec bien sûr, grande efficacité.

Dans cette définition, la Théurgie et l’Alchimie ont un même but, mais pas les mêmes moyens.

Magie et Alchimie peuvent fusionner et s’aider l’une l’autre. J’ai remarqué que certaines matières demandent au Laboratoire d’être chargées. Si vous ne les chargez pas préalablement elles aspireront tout ce qui passe à leur portée, comme un trou noir, tout simplement car leur nature est d’attirer et de stocker l’énergie. Sans charge préventive, elles pourront rayonner de forces négatives dans votre lieu de travail et sur vous-même.

Que conseilleriez-vous aux jeunes qui veulent cheminer dans cet art ?

La plupart des textes se trouvent gratuitement sur le net. Comme l’Alchimie est une science qui n’est pas réellement porteuse au niveau éditorial, elle ne génère pas de convoitise. De fait, les ouvrages sont tous quasis libres. Allez donc sur le net, téléchargez en autant que vous pouvez, puis, au travail. Achetez une imprimante dont les cartouches ne coutent pas cher. Ainsi que plusieurs ramettes de papier, et des classeurs. C’est le premier pas pour ainsi dire. Puis, mettez vous à lire.

Michael Maier « Atalante Fugitive », emblème N°32.

Michael Maier « Atalante Fugitive », emblème N°32.

Faites vous une connaissance générale des textes, des gravures, et de l’iconographie de l’Alchimie. Sachez faire la différence entre Alchimie, Spagyrie et Archimie. Comprenez les principes avant d’appliquer de bêtes recettes toutes faites.

Travaillez vos textes. Surlignez, relisez, comparez, méditez, notez.

80% du travail se fait à l’oratoire. Le reste suivra. Les matières, les verreries, les protocoles découlent naturellement de votre vision, et de votre but. Cela s’organise ainsi.

Entre temps votre intuition et votre cœur, ou simplement votre intérêt vous auront portés vers une matière, sel, métal, gemme, plante, voie animale, et un procédé en accord. C’est votre direction générale, votre domaine de travail. Il faut bien commencer par quelque part. Et sachez que commencer par la Spagyrie n’est pas obligatoire.

Acheter d’abord la matière et la verrerie, c’est mettre la charrue avant les bœufs. Ça ne sert à rien. C’est une perte de temps, d’argent, d’énergie, et ceci embrouille souvent l’esprit du néophyte.

Quels sont vos projets futurs ?

A l’heure actuelle, je suis dans la correction de mon ouvrage qui sera publié chez Alliance Magique, le titre sera « La Quête Alchimique » et traitera de tous les principes de bases permettant de rapidement évoluer dans cette si difficile Voie qu’est l’Alchimie. Le livre sera adapté à tous les niveaux et sera probablement un tremplin pour les novices, donnant les clefs majeures de ce qu’il y a à travailler.

Je travaille aussi à une webformation sur les Miroirs Noirs Magiques. Un cours complet et progressif, avec tous, ou presque, les usages magiques, de développement personnel, spirituels, shamaniques, de divination qu’offrent ces outils/couteaux Suisses de la Magie.

Je pense aussi prochainement à faire une exposition photo de mes clichés pris au Laboratoire afin de faire connaître dans ma ville cette merveilleuse science, si colorée, et chargée d’histoire et de formes.

Je pense aussi à un prochain ouvrage sur les Structures, cycles, compositions des matières dans l’Univers, dont une partie sur les nouvelles fondations hermétiques de l’astrologie. Et encore bien d’autres choses concernant l’Hermétisme, la pratique au Laboratoire, la magie, etc…

Je pense aussi qu’il y aura de nouveaux podcasts avec mon ami Alex pour le site Natural Born Alchemist qui interview tant des alchimistes que des personnes originales en lien avec un travail spirituel et de recherche.

En bref, les projets futurs sont biens chargés, sans compter les travaux au Laboratoire ! Dans ce domaine, il y a encore tant à faire. Je cherche dans le futur surtout à standardiser certaines procédures pour gagner du temps et de l’énergie.

De quoi s’occuper non ?

Je remercie le GEEPI, Jean-Christophe L, Patrice G pour leur invitation à cette interview. Merci de leur accueil amical !

Salazius D’Artigné.

 

PS: Interview préparé pour le Geepi par Patrice et Jean-Christophe – merci à Salazius pour ce superbe interview et ses très belles photographies.


Vous avez aimez cet article ? Vous aimerez aussi :

Interview d’un magnétiseur

Entretien du Geepi avec le Docteur Gérard Dieuzaide : L’électrosensibilité est une réalité !

La planète Terre est-elle imbriquée dans une grande civilisation galactique ? Spéculation d’une physicienne des particules 


 





Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 commentaires to “Entretien avec un alchimiste”

  1. Pr S. Feye dit :

    Je signale que deux ouvrages du Rose-Croix Michael Maïer existent en français chez Beya Editions (Les Arcanes très secrets, et La Table d’Or).

Laisser un commentaire

Complètez l'opération en chiffre dans la case ci-dessous : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.