Enquête paranormale n°1 – Hantise à Chauny-Tergnier (Aisne) – Novembre 2014-Avril 2015

Modifier la taille de police : A A A

jeudi, 7 mai 2015 | Par | Catégorie: Enquêtes, Enquêtes paranormales
Gare de Chauny

Le Geepi a enquêté sur un cas supposé d’hantise, à Chauny-Tergnier, dans le département de l’Aisne (Picardie).

Objet de l’enquête : Fin mars 2015, nous sommes contactés par Melle Y car sa famille est confrontée à des bruits nocturnes et des déplacements d’objets. L’ambiance du logement est devenue, selon elle, assez pesante. Melle Y souhaite que ces choses cessent immédiatement.

Période d’observation : de Novembre 2014 à Avril 2015

Lieu de l’observation : Ancien logement HLM des années 60 au sein d’un quartier de la même époque. Bloc de 6 maisons mitoyennes situé à Chauny-Tergnier. La société HLM a cédé ce parc immobilier dans le domaine privé, il y a une dizaine d’année. Melle Y et M. X sont locataires et sont là depuis un an. Ils nous signalent que depuis 5 ans, chaque locataire s’en va au bout de 6 à 12 mois, ce qui ennui le propriétaire. La cause n’est pas clairement définit mais les mauvaises relations de voisinage en serait la cause. A noter la mort d’un enfant de 10 ans dans ces lieux, il y a 30 ans (maladie).

Les « phénomènes » sont présents dans toute la maison mais deux endroits semblent être au cœur de l’activité : les escaliers et la chambre de jeu des enfants.

Nombre de témoins : Melle Y, 30 ans (enceinte de 5 mois) et M. X, 28 ans (conjoint) + la sœur de M.X et sa fille (très ponctuellement). Le couple a trois enfants : 2 garçons de 9 et 2 ans et 1 fille de 7 ans.

Liens entre les témoins : Concubins et famille proche

Que faisaient les témoins au moment où se déroulaient les phénomènes : La plupart des phénomènes sonores ont eu lieu au milieu de la nuit, le couple était donc entrain de dormir. En journée, il y a eu cependant de l’activité. Pendant que Melle Y, en congé maternité, vaquait à ses occupations quotidiennes, des objets se sont déplacés (notamment un jouet dans lequel on aurait « shooté »), du matériel électronique a été allumé puis éteint et une ambiance pesante c’est fait ressentir. A noter une douleur à la tempe gauche, récurrente lorsque cette ambiance pesante se fait sentir, surtout dans la chambre de jeux des enfants.

Comment s’est terminé le phénomène : De manière spontanée, juste après notre enquête sur place. A signaler l’utilisation d’un « talisman » par Melle Y, qu’elle s’est procurée auprès d’un « sorcier local », de buis bénit et d’un chapelet porté en collier par Melle Y.

Descriptif du phénomène : Le phénomène a commencé en novembre 2014. Melle Y et M.X étaient à table pour manger. Ils discutaient d’un ami décédé. A ce moment leurs 2 verres à pieds se sont déplacés seuls, sur 5 à 6 cm, le couple a pensé que c’était peut-être le fameux ami qui avait communiqué. A partir de ce moment, Melle Y a constaté de nombreux phénomènes : Feuilles des plantes vertes qui remuent seules, télévision qui s’allume, objets sur le réfrigérateur ou sur les meubles qui tombent par terre. Mais la majorité des phénomènes réguliers sont les bruits de chutes dans les escaliers, durant la nuit. Pendant cette période nocturne, des jouets électroniques des enfants se mettaient en route.

Dans la nuit du 22 au 23 mars 2015, après un long week-end passé hors de la maison, le phénomène a atteint son pic avec 2 à 3 jouets s’allumant dans la chambre des enfants, ainsi qu’un radio réveil qui n’était plus utilisé et qui était stocké dans un meuble. Madame s’est levé pour couper tout cela et a senti quelque chose entrer en contact avec l’une de ses jambes, sensation de lourdeur assez tangible et externe. En retournant se coucher, elle a décrit une sensation de « poids » dans le lit, entre elle est son mari, si bien qu’elle a dû secouer la couette pour y retrouver la « souplesse » habituelle du tissu.

Melle Y fut aussi sujette à des cauchemars non habituels où elle voyait des personnes pleurer, des enfants rires ou des ombres d’enfant et de femme se tenant par la main. Elle est incapable de dire si cela était dans le rêve même ou si elle voyait ces choses autour du lit dans un état de semi réveil.

Melle Y a aussi était réveillée durant la nuit par une douleur forte sur le front. Le lendemain matin, elle a remarqué une petite griffe à ce même endroit.

Melle Y nous signale une odeur d’urine de chat dans les escaliers, odeur qu’elle ne retrouve pas tout le temps.

Des bruits de chutes lourdes se font régulièrement entendre la nuit, dans l’escalier : soit comme quelqu’un qui tombe ou soit comme des jouets lancés. Monsieur confirme c’est faits qu’il estime se passer toujours entre 3 et 5 heure du matin.

Le petit garçon de 2 ans fait « coucou » à quelqu’un sans présence visible constatée.

Le garçon de 9 ans retrouve un pendentif de sa mère dans les escaliers. Pendentif qui avait été posé par Melle Y, sous son lit avant de s’endormir.

La petite fille se plaint de la porte de sa chambre qui s’ouvre toute seule.

A partir du 23 mars 2015, s’en est suivi 15 jours d’entretien avec le Geepi (mails, téléphone, skype), faute de temps pour se rendre immédiatement sur place (2 autres affaires d’hantises en cours). Il est intéressant de noter que « les phénomènes » se sont adaptés aux conseils que nous avons donnés à Melle Y :

  • Lorsque nous avons demandé si leurs animaux (1 chien et 1 chat) avaient des comportements étranges, ceux à quoi le couple répondit par la négative, le comportement du chien a changé dans les jours suivants.
  • Lorsque nous avons demandé à Melle Y si son compagnon percevait « ces phénomènes », ce à quoi elle répondit : « que très faiblement »… La nuit suivante, M. X reçu « un suçon » sur le cou, durant son sommeil, ce qui le réveilla en sursaut (sensation de ventouse et bruit de claquement perçu).
  • Lorsque nous conseillons de ne surtout rien tenter pour communiquer, d’ignorer les « phénomènes » et que Melle Y enleva toutes les piles des jouets, en fin de journée, elle senti le canapé glisser, alors qu’elle était dessus.

La sœur de M. X est venue durant cette période, pour soutenir sa belle-sœur dans ces longues journées seules. Madame confirme les ressentis, aussi bien ceux du jour que ceux de la nuit (impression d’enfants qui chantent dans le couloir, pas dans les escaliers…). A noter que cette dernière a reçu un stylo sur sa jambe. Stylo dont elle n’a pas vu la trajectoire, et ce en présence du couple qui confirme avoir vu l’objet finir sa course.

Matériel utilisés lors de l’enquête de terrain :

– 2 caméras numériques dont une à trépied

– Détecteur d’EMP

– Détecteur thermique manuel et 3 capteurs thermiques reliés par wifi a un pc portable (pour l’enregistrement des données).

– 2 Enregistreurs vocaux  numériques

– Matériel radiesthésique

Conclusions à propos du lieu :

Sur le plan structurel, la maison est situé au sein d’un bloc de 6 logements. Les murs sont donc mitoyens, ce qui peut permettre de laisser passer les sons du voisinage immédiat. Ceci pourrait expliquer certains bruits entendus durant la nuit, notamment les chants d’enfants ou certains sons dans les escaliers.

1) Les escaliers et la cave 

A propos des sons dans les escaliers, M.X nous a fait une démonstration de ce qu’il a entendu. Pour les reproduire, il a tout simplement sauté à pieds joints sur les marches, de tout son poids : les bruits engendrés étaient effectivement très forts. Mais l’écho important dans ce couloir en « L » menant à l’étage (démuni de meubles), avec une hauteur sous plafond à plus de 3 mètres (dans le tournant de l’escalier), amplifie énormément les sons, même les plus faibles (exemple testé, un claquement de doigts).

Concernant l’état des installations électriques et du circuit d’eau, l’appartement est en très bon état. Nous n’avons capté aucun champ électromagnétique parasite qui aurait pu causer des désagrément nerveux (cage d’angoisse notamment) sur les habitants du lieu. A signaler que le disjoncteur se situe dans l’escalier et que le compteur électrique, lui, se situe sous l’escalier, dans la descente menant à une petite cave d’une dizaine de mètres carrés. L’escalier menant à l’étage est directement en contact avec cette cave et le bois subit donc les contraintes de températures liées à cette pièce en sous sol (possédant une lucarne sur le petit jardinet). A titre informatif, nous avons enregistré une fluctuation continue de la température sous l’escalier naviguant entre 18 et 20 °C. Le bois peut donc travailler et générer des sons, amplifiés par l’écho du couloir.

L’ouverture de la cave, sur le jardinet, doit aussi nous alerter sur la possibilité d’entrée de petits rongeurs (loir par exemple)

Sur ce point clef, faute d’enregistrement, nous ne pouvons ni rejeter, ni valider les bruits perçus dans les escaliers, par Melle Y et M.X.

2) La chambre de jeu des enfants

Chambre_jeu_chauny

Entouré, le petit garage interactif qui s’allumait seul et sur lequel nous avons pu reproduire le problème électronique.

C’est la seconde zone clef des phénomènes, car c’est là que les jouets d’enfants (table d’éveille, petits garages interactifs…) se sont mis en route durant certaines nuits. Tout parent a été confronté à ces jouets programmés pour se remettre en route régulièrement, afin de solliciter les enfants. Concernant les jouets ayant fait parlé d’eux durant ces nuits, nous avons cependant constatés que ces dernier devaient être enclenchés pour se mettre en route (en faisant glisser une petite voiture dans l’un des toboggans), on ne peut nier ce point. Cependant, le soir de notre enquête, nous les avons testés (secouage, titillement…) et avons réussi à reproduire le phénomène sur le garage interactif. Ce dernier c’est enclenché tout seul, une heure après nos manipulations et nous avons été dans l’impossibilité de couper la session automatique de chant, autrement qu’en appuyant sur « off ». Ce problème semble plus être lié à un défaut du jeu, lié à son ancienneté.

3) Les portes qui s’ouvrent

Nous avons testé le phénomène de porte qui s’ouvre seule, dans la chambre des enfants. Nous avons pu reproduire de manière flagrante, lorsque l’utilisateur ne la referme pas de manière énergique.

4) La plante verte

Melle Y nous a signalé qu’une plante précise du salon, voyait une de ses branches se secouer de manière fugace, et ce, deux ou trois fois sur cette période de 5 mois. Melle Y change souvent ses meubles et ses plantes de place, il est donc difficile de valider l’hypothèse suivante : il arrive que certaines plantes, placées trop prêt d’un téléviseur, se chargent d’électricité statique et en saturant « claquent » littéralement et se mettent à bouger (vécu par l’un des membres du Geepi). Malheureusement, la plante a été déplacée depuis, mais Melle Y me signale qu’à un moment la plante a pu être à côté de la télévision.

5) Les deux verres qui bougent

Il s’agit du tout premier phénomène vécu par le couple en novembre 2014. Nous avons essayé de reproduire le phénomène en lavant les verres, sans les sécher, puis en les posant sur la même table (surface parfaitement stable au demeurant), afin de voir si la pellicule d’eau sous les pieds pouvait créer un déplacement. Il n’en fut rien. Ce point reste donc un mystère, d’autant que lors de ce repas, Melle Y et M. X m’ont assuré que le repas s’était parfaitement déroulé, sans gestes qui auraient pu provoquer un déplacement de la table, par exemple.

6) Le ressenti des enfants

Les enfants ont été plutôt préservés. Le sujet n’a pas été abordé en leurs présences. Reste le petit garçon de 2 ans qui faisait régulièrement un « coucou » de la main dans le vide. Sur ce point, nous ne pouvons pas en dire plus, il n’est pas concevable de creuser ce point, afin de préserver les enfants.

7) Le comportement des animaux

Suite à notre questionnaire de pré enquête et dans nos échanges téléphoniques, nous avons demandé à Melle Y si le comportement de ses animaux avaient changés. Au départ, la réponse a été négative mais suite à ça, Melle Y est revenu sur sa réponse en nous expliquant que depuis, elle remarquait qu’effectivement son chien regardait dans le vide en suivant des déplacements invisibles. Sur ce point, on peut se demander si nous n’avons pas inconsciemment orienté Melle Y. De plus, les chiens sont bien connu pour avoir cette tendance à fixer l’invisible, à entendre des sons inaudibles pour l’oreille humaine mais cependant bien réels.

8) Les objets déplacés

Plusieurs objets auraient été déplacés :

– Un jouet, littéralement « shooté » sous les yeux de Melle Y, sur ce point nous ne pouvons pas aller plus loin, faute de preuve.

– Des boites, stockées au dessus du réfrigérateur et tombées au sol. Concernant ceci, nous avons pu constater que les boites présentes étaient positionnées de manière instable. Il est donc possible que les ouvertures et les fermetures répétées du réfrigérateur aient pu déstabiliser leur équilibre précaire. Cependant, il faut avouer que malgré nos tests, nous ne sommes pas parvenu à reproduire la chute.

– Bouteille de parfum dans la salle de bain, sur ce point nous ne pouvons pas aller plus loin, faute de preuve.

– Crayon lancé sur la sœur de M.X en présence du couple, sur ce point, là encore, nous ne pouvons pas aller plus loin, faute de preuve. Mais sur ce point, 3 personnes ont constatées le fait.

9) Radio réveil et télévision allumé

C’est une récurrence dans les phénomènes modernes d’hantises. Il semble que ces appareils puissent être impactés, ce qui peut nous lancer sur l’hypothèse de la nature électromagnétique de ces phénomènes inexpliqués. En effet, c’est la seconde fois que nous rencontrons cette situation, sans compter l’expérience personnelle d’un des membres du Geepi. Pour notre enquête de Chauny, nous n’avons malheureusement pas pu constater le fait.

10) L’odeur ponctuelle d’urine de chat

Melle Y a senti cette odeur, notamment dans les escaliers. Ce qui peut d’un côté paraitre logique, vu la présence d’un chat dans le logement, mais elle est formelle : elle n’a jamais senti ça avant. A noter que Melle Y est enceinte en ce moment. Les femmes enceintes sont, de fait, plus réceptives aux odeurs, on peut donc penser que ses sens amplifiés ont pu lui faire détecter une odeur pré existante. A noter que l’une de nos enquêtrice à bien senti elle aussi cette odeur fugace dans les premières marches des escaliers menant à l’étage…mais ne l’a pas retrouvée par la suite !

11) Le voisinage

Melle Y et M.X ne côtoient pas leurs voisins. Mais à l’occasion de cette affaire, ils ont essayé de voir si ces derniers vivaient les mêmes faits. Le couple habitant la 6ème maison du bloc a confirmé que des bruits étranges et des sensations de présences nocturnes dans leur chambre à coucher inquiétaient fortement la dame. Ce couple a été presque soulagé de constater qu’ils n’étaient pas seuls. On peut donc se demander si les phénomènes ne sont pas plus globaux… Liés au passé difficile de la ville de Chauny-Tergnier.

Nos recherches indiquent un passé lié aux guerres mondiales, aux épidémies du moyen-âge, aux désastres diverses…

– Plusieurs graves épidémies sont signalées : 1401, 1417, 1460, 1579, 1585, 1636, 1668 (peste), 1747 (typhus), 1761 (typhus et peste), 1789 (idem), 1832 et 1849 (choléra), 1871 (variole)

– La ville est victime le 7 avril 1672 d’un tremblement de terre. En 1678, une tempête enlève le clocher de l’église Notre-Dame et en juillet 1767 dévaste la ville et les champs alentour. Le 12 juin 1858, un orage fait de nombreux dégâts dans la ville et le 12 mars 1876, ravage la ville et l’usine des glaces et produits chimiques.

– La ville connaît de très nombreuses inondations dont les plus importantes furent : 1574, 1655 février 1658

– En 1917 et en 1944, la ville est bombardée plusieurs fois par l’aviation alliée, la gare et la ville ne sont qu’un tas de ruine

En revenant à une vision plus locale et actuelle, on peut faire remarquer que les logements HLM sont bien souvent le cadre de la difficulté des familles modestes. Le quartier, le bloc des 6 maisons, construits dans les années 60 a pu accumuler un passé vibratoire lourd, notamment avec cette affaire du décès d’un enfant dans la maison même de Melle Y et M.X. L’interaction de l’activité inexpliquée, avec des jouets d’enfants et le lien fort avec Melle Y (enceinte) pourrait être une piste…d’autant que les phénomènes ont commencés au moment où cette dernière est tombée enceinte.

Conclusions à propos des témoins :

Lorsque Melle Y nous a contacté le 23 mars 2015, nous avons constaté son désarroi, son incompréhension et sa panique. Il ne s’agissait pas de quelqu’un cherchant à attirer l’attention, mais une personne en réelle détresse. Lors de notre entretien avec le couple, nous avons certe remarqué leur intérêt pour ces phénomènes inexpliqués et leur ouverture d’esprit, mais pas au point de vouloir en être le centre actif ! Le couple cherche a s’en débarrasser pour retrouver une vie normale et équilibrée.

Un fait est important à souligner, Melle Y est enceinte. On sait que ce chamboulement physiologique entraine une plus grande réceptivité des 5 sens et même du ressenti. Seule dans sa maison (M.X travaillant sur Paris), elle a pu, suite aux premiers faits inexpliqués (verres qui bougent, multiples appareils électriques se mettant en marche, bruits dans les escaliers…), rentrer dans la spirale de l’angoisse et de l’obsession : traduisant tout fait difficilement explicable par une incursion du paranormal.

Le cas de M.X est différent, car malgré son soutient à sa compagne, il ne ressentait aucune ambiance pesante et ne constatait, au départ, que les phénomènes les plus tangibles : appareils électriques se mettant en route seuls, bruits nocturnes inhabituels. Sa vision du phénomène a évolué en même temps que notre enquête, avec la fameuse nuit où il a reçu un suçon dans le cou en pleine nuit et qu’il a pu constater une trace réelle le lendemain matin. Ce dernier, plus réfractaire aux phénomènes, peut nous faire envisager la réalité de certains de ces phénomènes. A noter que l’étude radiesthésique, menée par le Geepi  sur la famille, a permit de détecter le fort magnétisme de M.X. Magnétisme ignoré de nous avant la dite étude mais confirmé par M.X, qui c’était déjà vu dire (par 2 autre personnes extérieures et sans lien entre elle) qu’il possédait des compétences naturelles dans ce domaine.

Le fait que la sœur de M.X ait constatée, elle aussi, certains phénomènes (crayon lancé sur elle), peut nous indiquer là encore qu’une certaine activité a pu se manifester dans le logement.

Avec le recul (article écrit le 7 mai 2015 ), nous voyons bien un changement cohérent du comportement de cette famille. Lorsque les phénomènes étaient présents, Melle Y a régulièrement cherché notre soutien. Depuis que tout est rentré dans l’ordre, nos demandeurs ont aussitôt retrouvés leur calme. Ce qui peut permettre d’exclure tout comportement d’ordre pathologique, où de volonté d’être au centre de l’attention.

Cette famille est une famille normale qui a vécu une situation qui les a dépassée.

Conclusion à propos de la hantise :

Comme beaucoup d’affaires de hantises, l’affaire de Chauny -Tergnier a commencé grâce à la coordination d’éléments clefs, cristallisés dans un premier fait inexpliqué (les deux verres qui se déplacent) :

– La disponibilité et l’ouverture d’esprit du couple lors d’une discussion, de prime abord anodine, autour d’un ami décédé.

– Un lieu à l’historique chargé

– Les sens exacerbés de Melle Y car enceinte

– Le fort magnétisme de M.X (?)

Tout cela a pu créer une atmosphère favorable a des faits de nature inexpliqué. Atmosphère se nourrissant de l’obsession et de la peur naissante de Melle Y, seule dans sa maison toute la journée. On peut dire que notre venue chez eux a pu casser ce cercle vicieux, en apportant un réconfort « placébo », déchargeant cette ambiance par notre simple présence : un peu comme l’effet « salle d’attente du médecin », qui soulage le patient, avant même la consultation…

On ne peut nier  que cette famille a vécu quelque chose d’inhabituel, certains faits ne peuvent être discrédités mais de nombreux autres, explicables eux, viennent mettre en lumière comment la peur peut nourrir la peur et donc renforcer l’activité subtile de la hantise : c’est le phénomène autoalimenté de l’obsession.

Notre enquête sur place (audio, vidéo, électromagnétique et thermique) n’a pas permit d’affirmer ou d’infirmer la réalité du phénomène. Rien n’a été capté. C’est toute la difficulté des enquêtes réalisées ponctuellement, sur une ou deux cessions. Les phénomènes de hantises sont des équilibres subtils et précaires d’ambiance, entre un lieu et ses habitants. Y pénétrer sans en faire partie, c’est rompre cet équilibre fragile :  comme s’approcher d’un bassin à poissons, les poissons à la surface de l’eau plongent, il faut alors s’assoir longuement pour s’immerger dans l’environnement…

Bragi, pour le Geepi.

N.B : Pour des raisons de respect de la vie privée, aucune identité ne sera révélée.





Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

Un commentaire to “Enquête paranormale n°1 – Hantise à Chauny-Tergnier (Aisne) – Novembre 2014-Avril 2015”

Laisser un commentaire

Complètez l'opération en chiffre dans la case ci-dessous : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.