Chasser les clichés sur les Hantises et l’Ufologie, pour mieux saisir le « Facteur Exogène ».

Modifier la taille de police : A A A

mardi, 13 septembre 2016 | Par | Catégorie: Liste des derniers articles, Recherche
ghostbusters

Est-on sûr que les hantises soient des manifestations fantomatiques ?

Suivant les coutumes familiales, je fus un temps chasseur et ce que je sais lorsque l’on chasse, c’est qu’il faut adapter son comportement au gibier recherché : savoir où il vit, ce qu’il mange et connaitre ses habitudes…

Aujourd’hui que je me suis éloigné d’une activité qui ne collait pas vraiment à mes convictions profondes, me voilà dans une association traitant des phénomènes inexpliqués, à chasser du fantôme et de l’objet volant non identifié… et comme pas mal de mes semblables, le constat est amère : je suis toujours bredouille !

Bien sûr, il y a des photographies de mauvaise qualité (ou de trop bonne…pour être vraies) et des témoins sincères mais confus, bref, pas grand-chose pour établir des théories vérifiables et reconnues par tous, via des faits tangibles.

De deux choses l’une, où je n’ai aucun talent pour la chasse, auquel cas cela me confirme que j’ai bien fait d’arrêter 😉 ou je ne connais pas bien mon gibier : ses lieux de prédilection, ce qui le nourrit (le motive), ses habitudes… bref sa nature réelle.

J’ai donc décidé d’écrire cet article sous l’angle du chasseur. Après tout, beaucoup se revendiquent de la lignée des « Ghost Hunter », armés de grosses caméras thermiques et arpentant les friches industrielles, faute de pouvoir entrer dans le quotidien de véritables victimes de ces phénomènes.

Mais savent-ils ce qu’ils chassent réellement ?

Sortons des clichés et des dogmes et osons nous poser les deux questions suivantes :

  • Les manifestations d’hantises sont-elles vraiment toutes liées à des fantômes ?
  • Les manifestations d’ovnis sont-elles assurément générées par une multitude d’extraterrestres venus de galaxies lointaines ?

Sans cette mise à jour de notre Conscience, on peut se demander qui chasse vraiment l’autre ?!

La descente dans le terrier du lapin blanc

Lorsque je commençais mes enquêtes au sein du Geepi, en janvier 2015, je me croyais « armé » pour comprendre les phénomènes que nous allions rencontrer sur le terrain. Grand lecteur des livres d’Allan Kardec, ayant vécu quelques expériences d’ordre spirite, je me voyais déjà en pédagogue, expliquant à nos demandeurs comment apaiser les âmes en peines, comment faire preuve de charité vis-à-vis de ces pauvres fantômes égarées… Premier acte d’orgueil.

Mais une fois sur le terrain, je déchantais bien vite. Rien n’est véritablement clair dans ces affaires où peuvent se mêler contextes familiaux difficiles et croyances déraisonnées. Et puis il y a le facteur temps. Comment s’immerger en 3 ou 4 heures chez nos témoins apeurés et détecter des phénomènes subtils qui semblent s’effacer dès notre approche ? Pour reprendre mon image favorite, c’est comme arriver devant un bassin à poisson : les animaux plongent en profondeur et on doit véritablement se fondre dans le décor pour les voir réapparaitre. Ce temps nécessaire, nous ne l’avions pas ! Prendre déjà une demi-journée ou une nuit pour enquêter, c’est sacrifier notre propre vie de famille et pour quel résultat… Courir sans cesse après des dahus.

Mais c’est lors d’une enquête (en lien ici) à Chauny (02) que je commençais à me demander si ce phénomène était vraiment celui auquel nous pensions. Et si ces objets qui se déplacent seuls, ces appareils électriques s’allumant sans explication et ces sensations de présences nocturnes étaient d’une toute autre nature ? Après tout, il a suffi de venir un soir chez notre famille Chaunoise, pour faire cesser complètement le phénomène !

Quand le gibier chasse le chasseur

autre-soi-meme

Le Moi face au Soi, la personnalité face à l’Âme…

C’est à cette même période que je continuais mes expériences personnelles dans le domaine de la radiesthésie et de la radionique. Pour moi c’était aussi un type de phénomènes inexpliqués mais sans aucun lien avec le mécanisme des hantises. Mais voilà, après un simple test de charge radiesthésique, je pus constater, durant toute une nuit, les effets d’une de ces hantises (en lien ici). Je venais de déclencher involontairement un mécanisme faisant « remonter à la surface nos fameux poissons » et j’en étais la victime. Dès cet instant, je commençais à me rendre compte que mon propre « Esprit » semblait ne pas être étranger à ce phénomène.

A la suite de cette mésaventure, plusieurs rencontres organisées dans le cadre du Geepi, me permirent d’avancer dans mon raisonnement.

La première eu lieu avec un prêtre exorciste à la retraite, du diocèse de Beauvais (60). L’homme d’Eglise, très respecté de sa hiérarchie et de ses fidèles, nous expliqua entre autre que : « dans une bonne partie des affaires d’exorcisme que j’ai traité, je retrouve chez la victime ou un de ses très proches, l’utilisation de techniques occultes : cartomancie, radiesthésie, magie… Tous ce qui se termine en –ie est très dangereux pour l’âme, car il ouvre une porte sur l’invisible ! »

Ce point de vue, nettoyé de sa gangue religieuse, avait piqué mon attention. Ces activités en -ie semblaient effectivement ouvrir une porte psychique sur un mécanisme mental mystérieux, créant sur les esprits faibles une forte impression, voir des troubles d’ordre mentaux !

Une seconde sortie du Geepi, à l’IFRES cette fois, permit de mettre en place une séance de contacte spirite spécialement pour notre association, via le médium Joël Ury. Une entité en communication apporta une explication (en lien ici) qui changea définitivement mon point de vue sur les phénomènes d’hantise : « (…) Sous ce rapport vous ne connaissez pas l’étendu de l’action que vous pouvez mener sur la matière. Grand nombre de cas d’hantise par exemple, sont l’effet de charge énergétique que l’esprit imprégnait dans la matière et qui continue de produire ses effets, bien après l’évolution spirituelle de ce dernier. Il n’y a pas une phrase, un geste que vous faites ici-bas qui ne soit pas mémoriser dans votre univers. A plus forte raison dans des actes conscients. Ainsi vous pouvez induire des actes, des effets, dans des lieux quand bien même vous n’y êtes plus. Il se peut même que certaines pensées puissent créer de véritable sanctuaire, des endroits plus ou moins heureux. Les charges émises par un magnétiseur peuvent sous cet éclaircissement avoir des répercussions à l’exemple de la radioactivité. En fait, l’esprit imprègne dans la matière sa propre énergie et ce dans une disposition qui vous est inconnue, mais que vous découvrirez en même temps que l’effet psychique de la lumière ou plus exactement du photon. La technologie n’est rien, seule la « Conscience » est toute puissance. »

Mon cheminement avait atteint un point de non-retour, à partir duquel j’osais désormais énoncer la théorie suivante : l’être humain n’est pas que chair, sang et os. Il doit être habité par un principe immatériel et/ou une énergie rayonnante subtile, capable d’agir sur la matière et de manifester sa volonté (consciente ou inconsciente) par des effets tangibles sur le plan physique.

Ainsi, pourrait-on expliquer pourquoi, certaines personnes, sous l’effet d’un stress puissant (anxiété, état dépressif, problème de santé…) et possédant des prédispositions mystérieuses ou employant des techniques occultes (état de conscience modifié) seraient capable, même inconsciemment, de provoquer leurs propres phénomènes d’hantise. Je citerai pour exemple typique les cas de poltergeis, où la présence d’adolescents sous tension est une véritable récurrence.

Pour en revenir à l’enquête du Geepi, le cas de notre famille de Chauny (02) pouvait s’expliquer ainsi, puisque Melle Y nous avait expliqué que ces phénomènes avaient commencé du jour où elle avait appris qu’elle était enceinte et que notre simple venue l’avait rassurée et avait stoppé les phénomènes (selon ses propres termes).

Dans ma propre expérience radiesthésique, la focalisation de ma volonté via mon pendule, sur la charge de l’eau et du cristal de quartz avait dû créer une zone de « Conscience externalisée » qui avait pu se manifester dès mon endormissement, se nourrissant de moi-même. Pour l’anecdote, lors de la charge radionique, mon poste de télévision était en marche et mon attention y avait été attiré deux ou trois fois durant la charge. Cette nuit-là, j’émets l’hypothèse que la dite « Charge » avait simplement reproduit le contexte de sa naissance, ce qui expliquait que le poste de télévision se soit rallumé durant mon sommeil.

A la chasse aux « Formes-pensées »

prise_de_conscience

Une « Forme-pensée » peut devenir, si elle est suffisamment vivifiée, un être auto conscient, aspirant à l’individualisation. Sommes-nous, nous-même, des « Formes-pensées » issues d’une individualité supérieure ?

Ainsi, une majorité des phénomènes d’hantise pourrait-être des produits de l’activité de l’Esprit humain incarné, ce que dans les Sciences Occultes on nomme « Formes-pensées » et qui sont à la base des pratiques dites magiques ou théurgiques.

Les « Formes-pensées » seraient des projections mentales issues du siège de notre Conscience et qui par descentes vibratoires successives, seraient capable de se manifester dans notre plan éthérique-physique.

Alors que certaines personnes inconsciemment douées seraient capable d’en générer spontanément sous l’effet d’un stress ou d’un traumatisme et d’en subir les effets, d’autres pourraient les provoquer au moyen d’un contrôle mental et émotionnel totalement maitrisé.

Une des techniques typiques employées se retrouve dans la création des Théraphims et autres Golems de la magie des peuples méditerranéens de l’antiquité : il s’agit ni plus, ni moins, que d’attacher une « Forme-pensée » dans un objet qui fait office de réceptacle. Je vous invite à lire mon article sur le sujet ici. Ce mécanisme commence même à être étudié par quelques scientifiques, sous l’angle des égrégores : une autre technique de « Formes-pensées collectives ».

Lorsque l’Homme génère, à son tour, la vie spirituelle

C’est fort de cet hypothèse que je décidais de remettre les choses à plat et d’effectuer l’expérience de création d’un Théraphim, histoire de me rendre compte de la réalité ou non d’une telle hypothèse.

Pour réaliser cette expérience, j’avais un atout majeur : ma capacité à pouvoir mesurer jour après jour, la montée en charge de cette petite statuette de cire d’abeille et d’huile, en m’aidant de mesures radiesthésiques via « l’échelle de Bovis » (en lien ici).

Je commençais à réunir les ingrédients (notamment le condensateur fluidique) et à mentaliser, au fond de moi, le concept de fonctionnement d’une espèce de petit génie, comme un petit programme informatique (si vrai alors… sinon…). Cette « Forme-pensée » avait pour but de recharger tout objet ou lieu dont la vibration pouvait être néfaste à la santé humaine.

Une fois le programme prêt à être chargé dans la statuette, j’utilisais les techniques des magnétiseurs via des « passes magnétiques » mais quelle déception de constater que la charge ne montée pas au-dessus de 15 000 unités Bovis malgré plusieurs mois d’efforts.

Il me fallut un petit moment pour comprendre que mon manque d’entrainement en la matière devait bloquer la progression de la charge et qu’il me fallait exploiter une méthode à laquelle j’étais plus familiarisé. Ce n’est qu’en me remémorant le contexte exact de mon expérience de la charge sur l’eau et le cristal de quartz que je compris ce qui clochait.

Une fois la charge transférée (j’ai considéré que le transfert était fini puisque la charge ne montée plus et restait figée à 23 000 unités Bovis), je commençais à demander à ce « programme » de sortir de la statuette et de se positionner au centre d’un cercle tracé sur une feuille en papier. Je mesurais le centre du cercle et vis bondir mon pendule de 0 à 23 000 uB soit la même charge que sur la statuette ! Quel choc, je détectais une « énergie » qui répondait consciemment à mon ordre.

Durant un an, je pus tester mon petit Théraphim invisible : décharge de pierres nocives, remontée du taux vibratoire de lieux. Il m’était même arrivé d’oublier de le rentrer dans sa statuette et alors que je travaillais (sans penser à lui) sur la charge d’objets faiblement nocifs, de le détecter sur mon matériel entrain de remettre tous au neutre ! Preuve de l’existence d’un embryon de conscience et d’autonomie.

J’entends déjà les lecteurs dire : oui mais ça c’est ton propre ressenti, tu as pu imaginer toutes tes mesures. Mais la suite de l’histoire va plus loin.

Accident éthérique, le lapin blesse le chasseur.

Ghosts

Que se cache t’il sur le plan astral ? Illusion, entitées subhumaines. Un véritable piège pour le Moi.

Hélas, c’est dans la difficulté que nous apprenons nos meilleures leçons et la suite est beaucoup plus terrifiante. J’ai un peu honte de la fin cette histoire car je pêchais une seconde fois par orgueil.

Un soir, grisé par mes réussites successives avec mon Théraphim, je décidais de neutraliser sur photographie, une célèbre poupée maléfisée ayant fait l’objet d’un film d’épouvante… Et j’envoyai joyeusement mon petit génie sur cet objet, via un dessin radionique. Aussitôt une nausée me monta à la tête. Je le rappelai dans l’instant et montait me coucher.

Durant cette nuit, je reçus, par deux fois, une sensation de griffure brûlante, oui de griffure, sur le flanc gauche, tout en ayant en tête le flash d’une carte de tarot symbolisant le diable et en entendant le bruit d’une porte de meuble qu’on essaye d’ouvrir. Inutile de dire que cela me réveilla en sursaut. Je n’avais jamais vécu ça.

Le lendemain, je passais la journée la plus terrible de ma vie, me demandant si tous cela allaient reprendre la nuit suivante. Après une longue réflexion, le soir venu, je me résignais à détruire mon petit génie qui avait simplement servi d’intermédiaire à la « force exogène négative ». Pour se faire, j’utilisais l’ordre prévu pour le désintégrer (et que j’avais programmé à l’époque de sa naissance).

En remesurant la petite statuette, je retrouvais les 15 000 unités Bovis d’origine : la « Forme-pensée » était dissoute et je ne connus plus aucun souci nocturne.

Seul reste aujourd’hui un léger picotement à l’endroit de la blessure éthérique lorsque je me promène dans certains lieux « chargés ».

On ne joue pas impunément avec l’invisible et au travers de cette histoire, je peux dire qu’il faut faire la différence entre « penser que l’invisible est réel » et « se rendre compte qu’il l’est bel est bien » car à ce moment la prise de conscience est telle qu’elle vous terrifie. Votre vision du monde s’élargie dans la douleur.

Hantise : prendre conscience de nos armes

Les Sciences Occultes nous apprennent à comprendre notre Univers (lien ici), en analysant les mécanismes de notre Microcosme et en les extrapolant à l’échelle du Macrocosme : « Tous ce qui est en haut est comme tous ce qui est en bas ».

Que pouvons-nous déduire de ce mécanisme des « Formes-pensées » ?

En utilisant cette grille de lecture, nous pouvons en déduire que nous sommes bien plus qu’un agrégat de matière dense et que se trouve, ancré en nous, une force constructrice et évolutive que nous ne maitrisons pas encore et dont la majorité de l’Humanité n’a absolument pas conscience : appelez la Âmes, Esprit, Ego ou Subconscient, peut-importe. Ce potentiel est, selon moi, l’indice majeur de notre origine spirituelle qui ne demande qu’à s’éveiller, par la maitrise graduelle du feu de notre mental.

Nous sommes l’un des maillons fractals d’une réalité intelligente plus étendue, dans laquelle le phénomène Ovni apparait comme un véritable levier de développement de notre Conscience spirituelle, à l’échelle planétaire.

Ufologie : un pas de plus dans la traque du « Facteur exogène »

time_ufoA la lecture des Livres « Ovni et Conscience » ou « La Physique de la Conscience », ma vision du phénomène se conforte… Est-ce ça un changement de paradigme ?

Soyons clair, ce que démontre le phénomène Ovni, c’est l’omniscience d’un phénomène, jonglant habilement avec notre subconscient, structurant sa forme en fonction de l’air du temps et du cadre psychologique des témoins et semblant même maitriser tous les paramètres de l’instant de sa manifestation, comme s’il avait réalisé, par avance, un montage vidéo et se contentait de l’incrémenter au film global avant d’appuyer de nouveau sur « Lecture ». Eh ! Oui, malgré nos smartphones, on peut se demander où sont les milliers de vidéos que nous aurions dû déjà prendre !

Je partage complètement la vision de ces livres, qui aux vues de ma démonstration sur les hantises, marquent un tournant majeur de l’Ufologie car nous ne sommes non seulement plus dans cette vision « tôle et boulon » des ovnis mais j’irai plus loin en disant que nous ne sommes plus non plus dans cette vision multiforme d’extraterrestres de chair et de sang car ce « Facteur exogène » n’est ni plus, ni moins, qu’un marionnettiste plusieurs fois millénaire, tirant les ficelles d’un phénomène élusif, changeant et hétéroclite dont l’objectif unique semble être d’affiner notre réflexion sur la potentialité d’un « Ailleurs » spatiotemporelle, vibratoire et/ou spirituel, dans un but final encore mystérieux… (voir les points récurrents de ces ficelles – dans le livre « Ovni et Conscience » p196-197 – et les comparer aux apparitions mariales par exemple…)

Je crois que les ovnis (mais aussi les crops circles, les brûlures géométriques cutanées, les apparitions à connotations religieuses…) sont un peu comme ces petits jouets que nous suspendons au-dessus des berceaux de nos nourrissons : plein de formes et de couleurs, d’animaux enfantins et grotesques.

Je crois qu’ils ont ce même but : attirer l’œil, questionner, structurer le mental inférieur pour mieux permettre à la conscience de s’étendre !

Pourquoi l’univers nous semble si vide ? Pourquoi ne voyons-nous pas le gibier que nous chassons ?

Je pense que c’est parce que nous sommes aveugles, que notre petite planète n’est que le jardin d’enfant d’un monde fonctionnant par paliers vibratoires. Lorsque l’on place une poigné de graviers de tailles différentes sur un disque qui tourne sur lui-même, à l’horizontale, ce sont les éléments les plus grossiers qui sont éjectés à la périphérie… comprenez-vous ?

Nous croyons encore que les futurs voyages dans l’espaces se feront à bord de navettes qui nous propulserons avec de l’antimatière… vision puérile d’un Space Opéra à la Star Wars, face à la réalité d’un univers en expansion dont ses constituants s’éloignent les uns des autres à des vitesses inimaginables, à chaque seconde.

Le souci c’est donc notre incompréhension de la mécanique cosmique globale ! (voir les conclusions du Reportage « la révélation des pyramides » à propos de la précession des équinoxes ainsi que la symbolique du chiffre 273 ou 27,3).

Atteindre l’âge adulte et devenir à notre tour ce « Facteur exogène », ne serait-ce pas ça la vérité ?

Chasser en nous même

pillule-bleu-ou-rouge

S’éveiller à la réalité de notre anatomie occulte.

Pensez-vous être conscient de vous-même ? D’être attentif au moindre de vos mouvements et de vos pensées ?

Notre monde n’est qu’alternance de phases actives et de phases passives : êtes-vous conscient de vos inspirations et de vos expirations ? Du flux et reflux de votre sang, dans votre cœur ?

Maitrisez-vous vos pensées ?

Pensez-vous pouvoir, durant 5 petites minutes, maintenir une image fixe dans votre esprit sans en changer ?

Chaque nuit, nous dormons et nous rêvons sans avoir conscience de notre état de rêveur. Nous tombons à chaque fois dans le panneau : quelque chose en nous, de bien à nous, nous trompe, nous leurre : un petit animal sauvage, que nous peinons à attraper : à la fois chasseur et gibier.

Bragi, pour le Geepi.


Vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi :

Les leçons de l’abeille domestique

Ovnis et extraterrestres : Quand l’Etat français s’investit dans les recherches

Lorsqu’un physicien nous parle de la radiesthésie et des émissions dues aux formes





Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 commentaires to “Chasser les clichés sur les Hantises et l’Ufologie, pour mieux saisir le « Facteur Exogène ».”

  1. […] Chasser les clichés sur les Hantises et l’Ufologie, pour mieux saisir le « Facteur Exogène ». […]

Laisser un commentaire

Complètez l'opération en chiffre dans la case ci-dessous : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.